35ème Téléthon : les dons seront-ils au rendez-vous malgré la crise sanitaire ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Gregory Bustori
Le parrain du Téléthon 2021, le rappeur Soprano et Jules, atteint d’une maladie neuromusculaire et qui a bénéficié du premier traitement thérapie génique.
Le parrain du Téléthon 2021, le rappeur Soprano et Jules, atteint d’une maladie neuromusculaire et qui a bénéficié du premier traitement thérapie génique. © Telethon.fr

La 35e édition du Téléthon se déroule ces 3 et 4 décembre. Le traditionnel élan de solidarité pour l'Association française contre les myopathies (AFM) se voit confronté depuis le début de la crise sanitaire à des problématiques inédites. Au point d’impacter les dons ?

L'édition 2021 est imminente, elle débute dès demain, vendredi 3 décembre, pour deux jours. Les promesses de dons comptabilisées sont quant à elles enregistrées jusqu'au dimanche soir et sont déjà possibles.

Le millésime 2020, impacté par la crise sanitaire, avait vu ses promesses s'affaisser de plusieurs millions d'euros. 

La retransmission sur France Télévisions du Téléthon s'était bouclée à près de 60 millions d'euros de dons. La collecte finale s'était finalement établie à 77,3 millions. Une somme inférieure de 10 millions par rapport à 2019.

"L'année dernière, entre 2019 et 2020, la différence était essentiellement due au fait que sur le terrain, les animations étaient empêchées puisque nous étions en plein confinement. Il y avait eu beaucoup d'animations qui n'avaient pas pu se dérouler." explique celle qui est à la tête de l'AFMLaurence Tiennot-Herment.

L'importance du numérique

"La collecte sur le terrain avait été divisée par 3. Cela avait été un peu compensé par la collecte internet qui était beaucoup plus forte et ainsi que le 3637. Malgré tout, in fine, nous étions à 10 millions d'euros de moins" détaille t'elle.

Malgré cette baisse, l'édition 2020 avait été l'occasion de nouveaux records de dons sur internet et au 3637 - le numéro de téléphone qui les enregistre - avec une augmentation de 25%.

Pour la présidente de l’Association française contre les myopathies : 

"Sur le terrain, nous sommes dans un contexte sanitaire compliqué, mais pour autant, nous ne sommes pas en confinement, on espère que cela sera bien meilleur que l'année dernière et on espère aussi que tous ceux qui ont bien mobilisé leurs réseaux sociaux, et qui ont cartonné sur le numérique, continueront aussi d'être présents".

Et Laurence Tiennot-Herment d'ajouter : 

A ce stade, personne n'est en capacité de prédire ce qui se passera mais on espère retrouver aussi la fête, la convivialité, la proximité, évidemment dans le respect des gestes barrières.

Retour à la normale

Cette année, l'optimisme est de mise pour les organisateurs azuréens et les bénévoles. Ils sont 270.000 bénévoles sur le terrain partout en France cette fin de semaine.

Dans le Var, comme dans les Alpes-Maritimes, l'action sur les réseaux sociaux a particulièrement été renforcée. C'est surtout un retour à la normale pour les animations in situ, que constate Gilles Tireau, le coordinateur varois. "Nous avons cette année plus du double des contrats d'engagements dans le département par rapport à l'année passée. Nous en avons 90, et je dois en récupérer une trentaine de plus ce soir".

Ces contrats d'engagement sont les évènements physiques proposés par les participants, dont certains ont été lancés il y a déjà plusieurs semaines pour collecter des fonds.

Dans le département maralpin, c'est un retour à la normale, avec 130 contrats enregistrés, au même niveau que 2019.

Bémol toutefois pour une poignée d'animations ce 2 décembre. La kermesse de Beaulieu-sur-Mer, dont certains organisateurs sont cas contacts, a été annulée, d'autres animations à Peille, Monaco ou Guillaumes connaissent quelques restrictions d'accès.

"Une remontée à hauteur de 2019, c'est le point d'interrogation encore à ce stade. Là où il y a aussi une incertitude, c'est sur la participation aux animations. C'est pour cela que l'on a besoin de tous, sur le terrain ou sur internet. L'envie est là,"

 précise avec fierté Laurence Tiennot-Herment

Depuis 10 ans que je suis présidente, je n'ai jamais vu une telle envie sur le terrain d'avoir une édition qui rassemble et qui rapproche. Il y a tellement aussi de créativité et d'imagination de nos bénévoles, ils fourmillent d'idées, d'envie, de passion

Les dons à la relance ?

Côté dons, pour les Alpes-Maritimes, 1.118.900 euros ont été récoltés l'an dernier contre 1.371.838 euros en 2019. 

Au niveau régional, 4.566.132 euros ont été collectés en région Paca lors de la précédente édition, 199 communes ont accueilli des événements organisés grâce à 11 antennes de coordination. 

Comme tous les dons, 66% du montant fait à l'AFM-Téléthon est déductible des impôts, dans la limite de 20% de votre revenu imposable.

Pour un don de 50 euros par exemple, il devra finalement s'acquitter de la somme de 17 euros après impôts.

Le Téléthon reste le plus gros pourvoyeur de fonds de l'AFM, toutes sources de revenus confondus. Impossible de dire la veille de l'évènement, pour notre interlocutrice et nos interlocuteurs, si la tendance financière sera à la hausse, mais de fidèles indicateurs semblent être au vert.

Marathon télévisuel 

Le marathon télévisuel relayant les nombreuses actions des bénévoles sur le terrain sera lancé sur France 2, à 18h40, pour plus de 24 heures de direct sur les antennes de France Télévisions.

A 21h05, France 3 prendra le relais. Samedi, à 11h15, "Soprano mobilise Marseille" en compagnie de Sophie Jovillard, Bruno Guillon et Frédéric Soulié, le présentateur de Vaqui.

Le régional de l'étape et parrain de cette 35ème édition, le rappeur Soprano, risque en tout cas de faire grimper les dons en PACA.

De là à espérer une collecte régionale "dingue" comme le dit l'un de ses titres. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.