Lutte contre la pollution de l'air : Nice, avant dernière

Le Réseau action climat France, Greenpeace France et UNICEF France ont classé les villes selon leur politique de lutte contre la pollution de l'air. Paris est première, Nice avant-dernière et Marseille clôture le classement. 

Vue aérienne de la promenade des Anglais à Nice.
Vue aérienne de la promenade des Anglais à Nice. © France Télévisions
Etablie selon trois notes: "en bonne voie", "encore timide" ou encore "en retard", l'étude juge les douzes plus grandes agglomérations françaises sur des critères tels que la réduction de la place de la voiture en ville ou la dynamique en matière de vélo. 
 

Lutte contre la pollution de l'air


Pour Greenpeace, Nice fait clairement partie des élèves les moins vertueux en matière de réduction des émissions. Philippe Spadotto, coordinateur du groupe local de Nice, rappelle que les accords de Paris imposent une limitation de la hausse des températures de 2°C d’ici 2025.  Pour Greenpeace, la politique de la ville de Nice n’est pas suffisante; il n’y a pas assez de pistes cyclables, trop de voitures et pas suffisamment d’effort autour des écoles :

À Nice, le compte n’y est pas. Il n’y a que 75 km de pistes cyclables en 2019 alors que Christian Estrosi avait annoncé 125 km en 2013. Le tramway n’a diminué le trafic des véhicules que de 5% alors que nous devrions être à moins de 800 000 véhicules en 2025.

Greenpeace demande la création de zones à faibles émissions, très ambitieuses, en éliminant un certain nombre de véhicules très polluants. A terme, sortir les véhicules diesels et essences du centre-ville "comme Paris et Strasbourg sont en train de le faire".
 
© Réseau action climat

L'étude note tout de même un bon point pour Nice: la mise en place d'aides à l'achat d'un vélo ou véhicule électrique pour les particuliers. Elle souligne que Nice "Onzième du classement, doit de toute urgence changer d’échelle pour réduire la pollution de l’air".


 
 

"Ce rapport ne prend pas en compte la ligne 2"

Philippe Pradal, adjoint aux transports et à la mobilité à la ville de Nice, remet en cause la pertinence de ce rapport. 

Lorsque l’on voit que Paris est classée première, lorsque l’on voit l’état de la circulation dans la capital, on peut quand même s’interroger.  sur les indicateurs utilisés.

Pour la mairie, ce rapport est dépassé dans le sens où il ne prend pas en compte la mise en fonction de la ligne 2 du tramway à Nice. 

Avec la livraison de la ligne 2, avec le nouveau circuit de circulation sur la Californie et sur la Promenade des Anglais, nous avons moins d’émissions de gaz à effet de serre, nous avons moins d’émission de particules, entre 15 à 50% selon les indicateurs mesurés. Atmosud l’a confirmé dans son enquête publiée en novembre 2019.

Dans son étude, Atmosud confirme en effet une baisse significative des émissions d'oxydes d'azote (NOx), de particules fines (PM2,5 et PM10) et de gaz à effet de serre (GES sans CO2 biomasse) sur l'avenue de la Califormie; dans une moindre mesure sur la Promenade des Anglais, et sur la voie Mathis. 


























 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement société provence transports économie transports urbains transports en commun santé