À Menton, la taxe foncière en hausse de plus de 22% fait grincer des dents

Publié le Mis à jour le
Écrit par Nisrine Manai .

En Avril, Yves Juhel (DVD) avait fait voté par le Conseil Municipal une hausse de 15% des impôts locaux. Pourtant, les habitants se plaignent d'une augmentation qui atteindrait finalement plus de 22%.

L’addition s’annonce salée pour les Mentonnais. En avril dernier, le Conseil municipal de Menton vote une hausse de 15% des impôts locaux. Surprise quand les habitants se sont rendu compte à la rentrée qu’elle atteignait finalement les 22-23%.

En Avril, Yves Juhel (DVD) vient de prendre la tête de la mairie de Menton quand il propose de rééquilibrer le budget de la ville en faisant grimper la base d’imposition de 5 points.

Le 6 avril, le Conseil municipal acquiesce et valide l’augmentation qui représentait à cette période 15%. Entre-temps, l’État décide d’augmenter de 3,4% sa base de calcul de la taxe foncière. D'après le Maire, la part communale serait alors passée alors à 17,5%. Entraînant ainsi l’augmentation de la taxe foncière sur les propriétés bâties qui serait passée à 33,60% et à 30,12% pour les propriétés non bâties.

Une taxe qui n'avait pas augmenté depuis 13 ans

"Après vous ajoutez la taxe intercommunale de la Carf, la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (qui n’a pas augmenté) et la taxe Gemapi (qui est terriblement importante puisqu’elle finance la reconstruction post-tempête Alex, ce qui représente 80 millions d’euros de travaux). En les additionnant, on arrive à un peu plus de 22-23% de hausse par rapport à l’an dernier", détaille Yves Juhel dans les colonnes de Nice Matin.

Une douche froide pour les locaux qui n’avait pas vu leur taxe foncière bouger d’un cheveu depuis 13 ans. Pourtant, l’idée circulait déjà dans la mairie de Menton à l’époque où Yves Juhel était l'adjoint aux Finances de Jean-Claude Guibal. À l’époque, l’homme avait déjà soufflé l’idée de gonfler la base d’imposition de 2 ou 3 points à l’ancien maire, qui avait accepté avant d’abandonner l’idée.

"Je me fous d'être populaire"

Depuis quelques jours, Yves Juhel ramasse de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux. "SCANDALEUX ! Yves JUHEL a menti à ses administrés ! Il va payer le prix fort !", écrit un internaute sur Twitter. "Menton augmentation de la taxe foncière de 25 %. Résultante d’une gestion désastreuse de la commune depuis 30 ans. La disparition de la taxe d’habitation n’est plus là pour masquer les trous", peut-on lire dans un autre tweet.

Une baisse de popularité qui ne semble pas inquiéter le maire de la cité des citrons. "Je me fous d’être populaire ou pas. Je préfère être impopulaire et qu’on garde les stades et les piscines ouverts, qu’on chauffe les écoles, que de fermer ou de me retrouver sous la tutelle de l’État", a-t-il sereinement confié à Nice Matin qui l’interrogeait récemment à ce sujet. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité