À Menton, les péripéties d'un complexe hôtelier 5 étoiles dont l'ouverture est sans cesse repoussée

Cela pousserait presque à sourire tant la question revient souvent chez les Mentonnais : "alors, c'est pour quand le nouvel hôtel du port Garavan ?" Suivi en général d'un petit malaise. Le projet haut-de-gamme, censé attirer une clientèle chic, n'en finit pas de prendre du retard. Comme s'il était victime d'une malédiction. On parle maintenant d'une ouverture pour 2025.

Attention, sujet sensible. À Menton (Alpes-Maritimes), le futur hôtel 5 étoiles fait beaucoup parler. En tout cas, chez les habitants. Appelé de ses vœux depuis son élection par le maire actuel Yves Juhel, une sorte de malédiction semble s’acharner sur ce complexe haut de gamme voulu par son prédécesseur Jean-Claude Guibal.

Cent chambres prévues

Dans le bulletin mensuel municipal de la cité des citrons, l’hôtel s’affiche en pleine page. Des photos montrent l’hôtel achevé.

On y apprend ainsi que cet établissement, qui aura coûté 40 millions d’euros, totalisera cent chambres d’une surface de 45 mètres carrés chacune. Deux piscines sont prévues, une intérieure, l’autre extérieure, un roof-top avec vue sur la Méditerranée. Cerise sur le gâteau, deux restaurants, dont un gastronomique, viendront agrémenter les lieux.

Sauf que tout cela semble encore un rêve pour beaucoup... Il n’est qu’à passer en bord de mer, sur la route qui mène vers l’Italie, pour se rendre compte que le projet est loin d’être finalisé.

Le gros œuvre est terminé et on a vu la pose de fenêtres ces dernières semaines.

Côté mairie de Menton, la parole est rare sur le thème. Lors de ses vœux en 2022, Yves Juhel évoquait "un grand projet en cours qu’il faut poursuivre, qui avance bien, qui ouvrira début de l’été 2024. Il s’inscrira dans un projet d’aménagement global de ce quartier".

Plus récemment, lors d'un conseil municipal en octobre 2022, il se disait sûr que l'hôtel ouvrirait fin 2024 en renouvelant sa confiance envers le promoteur et sa vision "moderne" des choses.

Ouverture début 2025 ?

Régulièrement interrogé sur le sujet lors de conseils municipaux par des conseillers d’opposition, le premier édile n’avait pas caché son agacement en tentant de rassurer sur la solidité du promoteur immobilier marseillais.

À l’heure où nous écrivons ces lignes, les travaux semblent progresser à petits pas. Il faut remonter en 2018 pour bien comprendre la situation actuelle. "D’abord, il y a eu des intempéries qui ont retardé les choses, mais surtout le COVID", explique Gabrielle Bineau, l’ancienne adjointe à l’urbanisme de Menton et aujourd'hui conseillère municipale d'opposition.

Ce furent alors des problèmes d’arrivée des matériaux et d’intenses négociations qui se sont tenues. Et un calendrier de fin des travaux qui ne cesse de s’allonger (tout devait être terminé fin 2023).

Le départ, ensuite, du promoteur Bouygues au profit de Progereal, qui a repris le chantier. Alain Paget, son représentant, se dit être une victime dans cette affaire.

Bouygues a fait du mauvais travail. Ce dérapage nous coûte 2,5 millions d'euros par an !

Alain Paget, gérant de Progereal

L'intéressé explique que des défauts ont été reconnus à l'encontre de Bouygues au terme de quatre expertises. Alain Paget ne mâche pas ses mots : "ils devront réparer les dégâts". Il confie cependant une ouverture commerciale pour le premier trimestre 2025.

Le nom de cet hôtel encore secret

Bref, tout cela accentue encore le retard. Un retard dont chacun se lamente.

"On s’est rendu compte qu’on allait de mal en pis", poursuit Gabrielle Bineau, "quand la date de visite de la chambre témoin était sans cesse repoussée."

Le problème, c’est qu’on n'est pas sûr des gens que l’on a en face de nous ! C’est d’autant plus dommage que c’est un beau projet, une vitrine pour Menton, j’espère sincèrement qu’il sera inauguré !

Gabrielle Bineau, ancienne adjointe à l’urbanisme de Menton

Reste que ce retard n’est pas sans conséquences en terme financier. Selon nos informations en effet, la ville de Menton a renoncé à percevoir les quelque 300.000€ de loyers annuels du terrain où sortira de terre l’hôtel en question. Autant d’argent, raille un conseiller municipal d’opposition, qui serait bénéfique aux Mentonnais.

Quant à l’enseigne de ce futur hôtel, on sait que deux grandes chaînes prestigieuses ont jeté l’éponge : Mariott et Intercontinental. Selon nos informations, un grand groupe d'hôtellerie aurait signé, mais son nom reste pour l'heure secret.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité