Cet article date de plus de 3 ans

Nice : Le tribunal retoque l'administration pour avoir reconduit un Erythréen mineur à la frontière

L’Association Nationale d’Assistance aux Frontières pour les Etrangers, l'ANAFE, avait fait une requête concernant la reconduite à la frontière d'un mineur. Le tribunal en référé, a enjoint à la préfecture de réexaminer sa situation
L'audience a eu lieu le 22 janvier dernier.
L'audience a eu lieu le 22 janvier dernier. © France 3 Côte d'Azur
L'affaire remonte au vendredi 12 janvier. Ce jour là, un adolescent de 12 ans non accompagné, de nationalité érythréenne, a été  interpellé par les forces de l’ordre à la gare de Menton.  Il n'a pas pu rester sur le territoire français, et il a été reconduit le jour même par train vers Vintimille.

L’Association Nationale d’Assistance aux Frontières pour les Etrangers, l’Anafé a déposé une requête en urgence devant le tribunal administratif de Nice. Son avocate, maître Mireille Damiano a rappelé que les mineurs doivent être pris en charge par le Conseil Départemental et elle a souhaité faire sanctionner  "les atteintes portées à ses droits fondamentaux par l’administration française".

Le tribunal lui a donné raison :  le juge des référés du tribunal administratif de Nice considère que la décision de refus d’entrée sur le territoire est une atteinte illégale et grave à l’intérêt supérieur de l’enfant, garanti par la convention internationale des droits de l’enfant et enjoint le préfet des Alpes-Maritimes de prendre attache avec les autorités italiennes afin de remettre au mineur  sous trois jours un sauf-conduit afin qu’il puisse se présenter au poste de la police aux frontières de Menton Pont Saint-Louis. Il lui enjoint également de saisir le procureur de la République afin qu’un administrateur ad hoc soit désigné pour le représenter dans ces procédures.


Jugement du tribunal administratif de Nice

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants société immigration