Tempête Alex : une application pour mettre en relation sinistrés et bénévoles

Nicolas Maceli, un Mentonnais de 37 ans, a lancé l'application "Aide 1 vallée" après le passage de la tempête Alex. Elle vient de dépasser les 1.000 personnes inscrites.
Lancée le 18 octobre par un Mentonnais, l'application "Aide 1 vallée" enregistre 1.000 inscriptions et une cinquantaine de demandes d'aide de personnes sinistrées par la tempête Alex.
Lancée le 18 octobre par un Mentonnais, l'application "Aide 1 vallée" enregistre 1.000 inscriptions et une cinquantaine de demandes d'aide de personnes sinistrées par la tempête Alex. © L.B./FTV
Au lendemain des intempéries d'octobre, ils étaient nombreux à vouloir aider les sinistrés.
Mais devant l'ampleur des dégâts, mairies et bénévoles ont vite été dépassés. "C'était compliqué de s'organiser, de savoir qui avait besoin de quoi", se souvient Nicolas Maceli.
Sur les réseaux sociaux aussi, les messages de bénévoles se multipliaient pour savoir à qui s'adresser et où aller. 

Sur place, c'était impossible de coordonner toutes ces personnes qui arrivaient en même temps.

Nicolas Maceli, créateur de "Aide 1 vallée"

Alors ce Mentonnais réfléchit à une solution. Pendant une semaine, avec son cousin Florent Pastor, informaticien, ils planchent sur une application pour mettre en relation les sinistrés et les bénévoles pour des besoins précis.

Ainsi est née "Aide 1 vallée", disponible sur IPhone et Androïd.
 
L'application "Aide 1 vallée" veut mettre en relation les bénévoles avec les personnes sinistrées.
L'application "Aide 1 vallée" veut mettre en relation les bénévoles avec les personnes sinistrées. © L.B./FTV

Avec "Aide 1 vallée", chaque personne sinistrée (Roya, Vésubie, Tinée, Var) peut ainsi déposer une annonce pour demander un coup de main, du matériel, des conseils "pour construire un pont" ou encore un covoiturage.

Quand ils ont une réponse, "les demandeurs ont accès au numéro de téléphone des bénévoles, mais les bénévoles ne peuvent pas appeler le demandeur pour éviter que les sinistrés ne reçoivent d'appels malveillants", précise Nicolas Maceli.

"Aidée par des gens que je ne connaissais pas"

Stéphanie Venturini en a fait l'expérience. Dans la tempête Alex, cette Tendasque a perdu son jardin et une partie d'une dépendance qui abritait du matériel agricole.

Cela fait trois fois qu'elle utilise cette application. "J'ai été aidée par des gens que je ne connaissais pas. C'était des très belles rencontres ; ce sont des gens qui ont un grand cœur", remercie Stéphanie.
 
Le village de Tende, dans la Vallée de la Roya (Alpes-Maritimes) a été fortement touché par la tempête Alex le 2 octobre 2020.
Le village de Tende, dans la Vallée de la Roya (Alpes-Maritimes) a été fortement touché par la tempête Alex le 2 octobre 2020. © Loic BLACHE/FTV

Cette mère de famille de 46 ans a du mal à se déplacer.

Ca me réconforte de voir cette solidarité. J'ai gardé contact avec certains qui continuent de m'aider en me ramenant les courses que je commande en drive.

Stéphanie Venturini, habitante de Tende

Lancée le 18 octobre, l'application enregistre 1.000 personnes inscrites et une cinquantaine de demandes d'aide.
 
"On a aussi créé une version 'neutre' qu'on pourra rendre opérationnelle tout de suite s'il y a une nouvelle catastrophe naturelle et que l'on cèdera gratuitement aux communes ou aux départements qui nous en feront la demande", conclut Nicolas Maceli.

> N'oubliez pas le groupe d'entraide lancé par France 3 au lendemain des intempéries : Entraide aux sinistrés du haut-pays des Alpes-Maritimes - 2 octobre.
Près de 28.000 personnes y échangent besoins, informations et coups de main en direct également. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
intempéries vallée de la roya social météo parc national du mercantour inondations solidarité internet économie réseaux sociaux société