VIDÉO. Soutien à Gaza, réouverture et début des examens : le point sur la situation au campus Sciences Po de Menton

Fermé depuis le mardi 30 avril, à la suite d'un blocage du site par une cinquantaine d'étudiants - qui en compte 350 au total - le campus de Sciences Po Menton a rouvert ses portes ce vendredi 3 mai. Les examens doivent se tenir dès lundi.

"Gaza, Sciences Po est avec toi" donnaient à lire les étudiants du campus situé à Menton, à l'est des Alpes-Maritimes, en début de semaine. Alors que les manifestations et blocages étudiants se sont récemment multipliés dans les antennes délocalisées de la grande école parisienne du 7ᵉ arrondissement, comme à Paris ou Lyon. Les étudiants azuréens, eux, ont emboîté le pas il y a quelques jours.

Mardi 30 avril, la direction a décidé de fermer l'établissement au public, "jusqu'à nouvel ordre", avaient alors appris nos confrères de France Bleu Azur.

Durant la semaine, des négociations ont eu lieu entre la cinquantaine d'étudiants qui ont montré leur soutien à la population palestinienne, dénonçant la situation dans la Bande de Gaza, et en Cisjordanie, dans la foulée des attaques terroristes du 7 octobre 2023 qui a coûté la vie à plus de 1100 personnes dans l'État hébreu.

Les opérations militaires israéliennes menées en représailles ont, d'après le ministère de la Santé du Hamas - inscrit par le Conseil de l'Union européenne à la liste des organisations terroristes -, coûté la vie à plus de 33.000 Palestiniens. 

Selon Israël, plus d'une centaine d'otages sont encore détenus dans la Bande de Gaza.

Réouverture ce vendredi

"C'est très important pour nous que les cours reprennent aujourd'hui et que l'on puisse finir le semestre comme prévu avec les examens qui commencent lundi (le 6 mai, NDLR)" s'est satisfait Gruffud Ab Owain, un étudiant du campus, au micro de France 3 Côte d'Azur ce vendredi.

"Je suis très heureux en fait, car on aime bien aller à l'école, tout simplement. C'est juste que les étudiants et l'administration ont trouvé un point commun" poursuit Luca Palis, inscrit au sein de l'établissement.

L'accord qui a mis fin au blocage a été détaillé dans un courrier de la direction de l'établissement daté du soir du 2 mai. Il explique qu'"un comité de vie de campus extraordinaire s'est réuni ce jour", en présence de cinq étudiants. La réouverture a été décidée pour la matinée du vendredi 3 mai, ainsi que "la bonne tenue de la fin de l'année universitaire, des examens et des rattrapages".

Le respect du règlement de la vie étudiante (à commencer par aucun blocage, aucune occupation nocturne et aucun affichage sur la façade du bâtiment Saint-Julien).

Courrier de la direction de Sciences Po Menton à destination des étudiants

En échange, les étudiants ont obtenu la mise à disposition d'un amphithéâtre, jusqu'au 17 mai prochain, "pour que la communauté étudiante puisse échanger autour de sa mobilisation pour les civils de Gaza".

La direction indique que les discussions entre l'administration et la communauté étudiante se poursuivront dans les jours prochains.

"Plus grand-chose à attendre de cette institution"

Certains étudiants, qui n'ont pas accepté d'être filmés à visage découvert par les journalistes Hugues Nicolas et Denis Pardanaud, de France 3 Côte d'Azur, restent en désaccord avec la direction de l'établissement spécialisé en sciences politiques. 

"Il n'y a eu d'accession à aucune des revendications" sur lesquelles les élèves se sont mobilisés, précise l'un d'entre eux. "On sait que l'on n'a plus grand-chose à attendre de cette institution, et donc on va continuer à se mobiliser, mais différemment".

En début d'après-midi, ce vendredi 3 mai, une nouvelle banderole a été déployée sur le fronton du campus. "Il n'y a plus d'universités à Gaza" est écrit sur un drap blanc, en rouge et noir.

Quid des subventions locales à Sciences Po Menton ?

Les réactions dans la classe politique locale ont été nombreuses. Le maire de Nice et président de la Métropole a qualifié les évènements survenus à Sciences Po Paris et à la Sorbonne d'inadmissibles. "Il est urgent de rétablir l’ordre" a écrit l'édile sur le réseau social Threads. Avant de pointer "des dérives antisionistes, faux nez de l’antisémitisme".

"Comme je l’ai demandé pour Science Po Menton, il faut sanctionner ces comportements", ponctue la publication en ligne.

Publié par @cestrosi
Voir dans Threads

Du côté du Rassemblement national, la députée azuréenne de la 4ᵉ circonscription, Alexandra Masson, a demandé le 29 avril la fermeture de Sciences Po Menton sur X - anciennement Twitter. Un campus qu'elle dit "gangréné par l’antisémitisme et l’islamo-gauchisme !"

Le parti d'extrême droite s'est même félicité d'une "victoire", arguant que "grâce à [leur] pression [...] la Région Provence-Alpes-Côte-d'Azur a enfin décidé de suspendre ses aides à Sciences Po Menton" ce vendredi 3 mai dans la soirée.

Contacté par la rédaction de France 3 Côte d'Azur ce samedi, le service presse de la Région a tenu à réagir. Et d'expliquer qu'elle avait pris des mesures concernant la suspension de certaines subventions dès octobre 2023.

Depuis octobre 2023 et les premiers signaux d’une agitation militante autour de ces sujets, la Région Sud a à la fois suspendu les subventions au campus de Menton et entamé un dialogue constructif avec la direction de Sciences Po Menton pour le retour de conditions d’étude normales et respectueuses de nos valeurs. Personne, à la Région, n’a attendu l’agitation électoraliste et désespérée d’une parlementaire, pour agir de façon raisonnable et exigeante, en concertation avec Yves Juhel, Maire de Menton et Christian Estrosi, Maire de Nice.

Service presse de la Région Provence-Alpes-Côte-d'Azur

Un communiqué de presse doit être envoyé aux médias dans l'après-midi par les services de la Région afin de donner de plus amples détails.