A Nice, les emballages de vente à emporter font déborder les poubelles : 30% de remplissage en plus en un an

Les restaurants sont fermés mais beaucoup proposent du "click and collect". En cette période de confinement, beaucoup profitent de ce service. Du coup, les emballages sont jetés dans les poubelles qui  sont très vite pleines !

Les emballages sont dans la poubelle... mais pas seulement.
Les emballages sont dans la poubelle... mais pas seulement. © ERIC OTTINO/MAXPPP

Une livraison pour une pizza, un hamburger un petit plat préparé, des livraisons en ligne.... Avec le confinement, cette pratique s'est multipliée. Conséquence directe : des emballages, parfois très volumineux, qui finissent dans les poubelles. A Nice, ville où les températures sont clémentes, beaucoup déjeunent en extérieur et ces emballages terminent dans des "corbeilles propreté".

De nombreux Niçois déjeunent dehors pendant la pause et jettent les emballages et les restes dans les corbeilles propreté.
De nombreux Niçois déjeunent dehors pendant la pause et jettent les emballages et les restes dans les corbeilles propreté. © FTV

Des déchets qui s'accumulent à l'heure du déjeuner

C'est une moyenne, chaque jour, un Niçois produit un peu plus d'un kilo de déchets par jour (1,12kg très exactement). A Nice, la gestion des déchets a été transférée à la Métropole, soit 49 communes.

La capitale, Nice, compte 4.000 corbeilles de rue. Les restaurants sont fermés. Serviettes, gobelets, canettes, boîtes d'emballage, ces poubelles de rue se remplissent vite et quand elles sont pleines, tout est déposé sur le trottoir. Ces détritus n'ont pas augmenté en poids depuis un an, mais ils sont beaucoup plus volumineux et donc plus encombrants, 30% de remplissage en plus. 

Toujours plus de passages

Face à cette augmentation, la mairie une organisation un peu différente, similaire à celle de l'été. Mathieu Verne est le directeur délégué de la propreté. Pour lui, un maître mot : s'adapter !

Nous en avons augmenté le nombre des corbeilles propreté en centre-ville. Pour vider toutes les corbeilles de la ville, nous avons 29 agents le matin, 14 l'après-midi. Nous organisons 1 à 2 passages le matin, jusqu'à 4 l'après-midi et jusqu'au couvre-feu, notamment sur les zones de forte fréquentation.

Mathieu Verne est le directeur délégué de la propreté.

Tout partira à l'incinérateur, peu importe si c'est recyclable ou pas.

Les corbeilles de rue sont vidées plusieurs fois par jour selon les quartiers.
Les corbeilles de rue sont vidées plusieurs fois par jour selon les quartiers. © FTV

Un accord avec une enseigne de restauration rapide

A Nice, la municipalité a par ailleurs signé en février dernier une convention valable pendant 5 ans avec 7 restaurants Mc Donald's situés sur la commune.

Deux fois par jour, un employé du restaurant ramasse les emballages de son enseigne de fast-food qui ont été laissés près des corbeilles de propreté ou carrément sur la plage (jusqu'à 200 mètres du point de vente).

Le restaurant se substitue alors à ses clients indélicats !

Plus de collectes "tri sélectif"

A la maison, les cartons du "Click and collect" ou de e-commerce finissent en principe dans les bacs jaunes du recyclage qui là encore, sont vite plein à ras bord.

Les containers dédiés aux déchets recyclables débordent.
Les containers dédiés aux déchets recyclables débordent. © LEYLA VIDAL / MAX PPP

Jean-François Ascas est le directeur de la collecte des déchets ménagers et assimilés pour la Métropole Nice Côte d'Azur, soit 49 commune du littoral aux stations de ski (soit un bassin de population de 550 000 habitants). Il rappelle que son service compte 330 agents au total, certains affectés aux collectes, d'autres aux  déchetteries. Nice est une ville qui compte 330 000 personnes.

A NICE : 

C'est plus que pour le reste de la Métropole avec de 3 à 5 collectes par semaine pour les déchets ménagers et une seule pour les poubelles jaunes (une deuxième tournée est à l'étude). Au total sur ce territoire, 50 000 bacs jaunes sont régulièrement vidés et à Nice, les deux tournées hebdomadaires absorberaient le surplus.

Une évolution de comportement

Y-a-t-il plus de cartons à ramasser depuis un an, date du premier confinement ? L'affaire est plus compliquée qu'il n'y paraît à première vue toujours selon Jean-François Ascas. Certes, le e- commerce a considérablement progressé cette dernière année mais dans le même temps, de nombreux professionnels ont cessé partiellement leur activité. Du coup, si l'on regarde les chiffres concernant les emballages en provenance de la Métropole :

- 5 700 tonnes ont été conduites en déchetterie en 2018
- 6 800 en 2019
- 6 600 en 2020

Des chiffres encourageants ! Le geste de tri s'est simplifié pour les particuliers qui jouent le jeu +11% sur Nice, +16% pour la Métropole. En clair, on trie plus, et mieux, ce qui signifie que moins de déchets partent à l'incinération.

Jean-François Ascas tient par ailleurs à rendre hommage à l'ensemble des équipes mobilisés depuis le début de l'épidémie de Covid-19

Je tiens à préciser que tous les agents de la collecte ont été volontaires en toutes circonstances et ont répondu présents y compris quand on ne connaissait pas grand-chose du Covid-19 et qu'ils craignaient pour leur santé.

Jean-François Ascas, directeur de la collecte des déchets ménagers et assimilés pour la Métropole NCA

40 000 tonnes de déchets recyclables produits chaque année dans les Alpes-Maritimes

Le contenu des bacs jaunes dédiés aux déchets recyclables se retrouvent à 95 % dans un centre de tri de Cannes.

40 000 tonnes par an dans les Alpes-Maritimes sont ainsi traités.

Le centre de tri de Cannes accueille 40 000 tonnes de déchets recyclables, soit la quasi totalité de ce qui est produit par les usagers du département des Alpes-Maritimes.
Le centre de tri de Cannes accueille 40 000 tonnes de déchets recyclables, soit la quasi totalité de ce qui est produit par les usagers du département des Alpes-Maritimes. © Patrick Lapoirie / MAX PPP

Olivier Chaussard est le directeur du centre de tri à Cannes qui collecte 95% les déchets à recycler des Alpes-Maritimes. Pour lui, le constat est simple :  il n'y a jamais eu autant de cartons d'emballage sur ses lignes.

Les cartons de taille intermédiaire, les cartons vraiment spécifiques du e-commerce, les livraisons à domicile... C'est vraiment cette fraction-là qui a augmenté, pratiquement de 10 % à elle seule

nous explique le gérant du centre de tri Paprec Côte d'Azur - SMED Cannes.

Bref, des déchets, il y en a toujours beaucoup. Les responsables en appellent au civisme, d'abord pour jeter dans les poubelles, à bon escient, c'est-à-dire après avoir trié et mis au bon endroit pour leur donner une seconde vie !

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement déchets ménagers pollution alimentation société zéro déchet