• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Académie de Nice : les 24 866 candidats de Parcoursup sont fixés

Les candidats ont eu les premières réponses de la plateforme Parcoursup ce mercredi. / © Guillaume Georges / MAX PPP
Les candidats ont eu les premières réponses de la plateforme Parcoursup ce mercredi. / © Guillaume Georges / MAX PPP

C'et la période de Parcoursup,  et c'est la saison 2  !  Les premiers résultats sont tombés ce mercredi en fin de journée sur un site internet souvent saturé. Et les  24 866 candidats de l'académie de Nice savent enfin à quoi s'en tenir. Ils ont cinq jours pour fixer leurs priorités. 

Par Catherine Lioult

En France, la plateforme Parcoursup permet aux lycéens et étudiants en réorientation d'inscrire leurs souhaits d'études et ils avaient jusqu'au 14 mars pour inscrire 10 voeux.
Les premières réponses sont tombées aux environs de 19 heures ce mercredi sur la plateforme Parcours.
En France,  ils sont 900 000 concernés.  


24 866 candidats de l'académie de Nice


Ils sont 24 866 dans l'académie de Nice à avoir saisi au moins un vœu sur Parcoursup, soit 14 % de plus que l'an passé.
Dans les Alpes-Maritimes,  9 400 lycéens  sont décomptés contre 8 527 dans le Var, les autres sont des étudiants en cours de réorientation ou des adultes qui reprennent leurs études.
Et ils ont en moyenne formulé 7 ou 8 voeux.
 

Une plateforme qui permet de connaître sa position


Pour l'an 2 de Parcoursup, la plateforme se veut plus fluide et plus plus rapide. Les candidats sur liste d'attente connaissent leur positionnement et donc leurs chances réelles d'intégrer la formation de leur choix.
 

Du 15 au 19 mai, les inscrits ont cinq jours (J+4) pour accepter, refuser ou placer "en attente" la ou les propositions reçues, un délai ramené à trois jours à partir du 20 mai. 
S'il  y aura bien une pause entre le 17 et le 24 juin, pendant les épreuves du baccalauréat, tout devra être terminé le 19 juillet, pour  éviter un sentiment d'insécurité chez les jeunes, trop nombreux l'an dernier à la fin de l'été à attendre encore leur affectation.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview_de_Rene_Esteve

Les + Lus