Arrivée des autotests en pharmacies : vont-ils modifier les chiffres du Covid ?

L'autotest nasal est vendu en pharmacie depuis ce lundi 12 avril. La plupart des officines n’ont pas été approvisionnées, c'est notamment le cas à Nice. Ces autotests vont-ils avoir un impact sur les données chiffrées du Covid ?

Les autotests finalement disponibles en pharmacies.
Les autotests finalement disponibles en pharmacies. © Y. Fournigault-FTV

L’arrivée tant attendue des autotests en pharmacie un peu retardée à Nice. Les autotests à acheter en pharmacie auraient normalement dû être disponibles dès ce 12 avril. Mais à Nice, malgré les demandes d’approvisionnement, ils n’apparaîtront pas avant le milieu de cette semaine. Un retard de quelques jours qui s’explique par des laborantins pris de court, en dépit de la possibilité de passer par des fournisseurs habituels, des groupements d’achat ou par des laboratoires.

Nous avons été mis au courant de la possibilité de dispenser ces autotests assez récemment donc le temps que les laboratoires mettent ce processus en place est un peu long.

Fabrice Rinaldi Pharmacien à Nice.

Ces autotests, les Niçois les attendaient de pied ferme.

En fonction de votre emploi du temps, c’est plus facile de le faire soi-même.

Une Niçoise

L’utilisation est réservée aux personnes asymptomatiques de plus de 15 ans, deux fois par semaine. En cas de résultat positif, il faudra effectuer un test PCR ou antigénique.

Invité du journal de midi de France 3 Provence-Alpes-Côte-d'Azur ce mardi 13 avril, Philippe de Meester, directeur général de l'Agence régionale de Santé PACA, constate une amélioration de la situation dans les Alpes-Maritimes.

Quant aux autotests, il reste prudent.

Les autotests ne sont pas des outils de diagnostic, ce sont des outils de dépistage. Ils sont beaucoup moins sensibles compte tenu que l’on prélève dans le nez mais de façon beaucoup moins profonde que pour les tests nasopharyngés.

Philippe de Meester, directeur général de l'Agence Régionale de Santé PACA

Il en appelle à la prudence même en cas de résultat négatif. "Si ces autotests sont négatifs, cela ne veut pas dire que l’on peut tout se permettre ! Il faut maintenir les gestes barrières et s’ils sont positifs" Philippe de Meester indique "qu’il faut faire un test PCR, plus fiable, car capable de détecter le virus dans 95% des cas."

Les autotests risquent-ils de fausser les chiffres de la Covid ?

Une question que beaucoup se posent. Certains scientifiques ne sont pas convaincus de l’efficacité de ces tests administrables sans assistance. Ils pourraient être une cause possible de faux négatifs du fait d'une mauvaise utilisation par les particuliers.

En Allemagne, ces autotests sont en pharmacie depuis des mois mais ils ne semblent pas convaincre. En effet, là-bas, pour accéder à un commerce non-essentiel, il faut désormais présenter un test négatif, mais un test réalisé obligatoirement dans un laboratoire; seuls ces laboratoires sont habilités à fournir une attestation datée.

Seulement 4% des nouveaux cas officiellement détectés en Allemagne font suite à des tests rapides,

selon Laurent Desbonnets, correspondant pour France Télévisions à Berlin.

> Le taux de dépistage officiel en Allemagne s'écroule depuis quelques jours :

"Ici, à Berlin, pour rentrer dans un commerce non-essentiel ou aller chez le coiffeur, il faut désormais présenter un test négatif, mais un test réalisé obligatoirement dans un laboratoire pour avoir une attestation avec la date du jour", détaille le journaliste ce 12 avril.

La Haute Autorité de Santé (HAS) avait donné son feu vert au déploiement de ces autotests, mais en précisant que tout autotest positif doit ensuite faire l’objet d’une confirmation par test RT-PCR, notamment pour pouvoir le comptabiliser comme cas positif et pour caractériser un éventuel variant.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société