Taux d'incidence en baisse dans les Alpes-Maritimes : le département passe sous la barre des 300

Ce lundi 12 avril, le département des Alpes-Maritimes se situe sous la barre des 300 cas pour 100.000 habitants, à 284 très précisément. Explications, graphiques à l'appui.

Le taux d'incidence s'établit ce lundi 12 avril 2021 à 296 pour 100.000 habitants, la couverture vaccinale est de 22% pour les Alpes-Maritimes.
Le taux d'incidence s'établit ce lundi 12 avril 2021 à 296 pour 100.000 habitants, la couverture vaccinale est de 22% pour les Alpes-Maritimes. © FTV

C'est un chiffre que le département des Alpes-Maritimes n'avait jamais atteint en 2021. D'après les dernières données de Santé Publique France publiées ce lundi 12 avril, le taux d'incidence de la Covid-19 dans les Alpes-Maritimes passe sous la barre des 300, à 284 très exactement.

Il était de 460 en décembre dernier.

Pour mémoire, le taux d'incidence est le nombre potentiel de contaminations pour 100.000 habitants. C'est l'indicateur qui permet de savoir si le virus circule plus ou moins activement.

Actuellement, la moyenne nationale du taux d'incidence est au-dessus de 300 : elle s'établit à 346 pour 100.000. Les Alpes-Maritimes se trouvent donc au-dessous du taux moyen. Toujours d'après Santé Publique France, 57 départements se situent dans cette fourchette pour le taux d'incidence : entre 250 et 500. Autre donnée importante, le pourcentage de population vaccinée dans les Alpes-Maritimes : + de 22 % alors que la moyenne nationale pour ceux qui ont reçu au moins une dose de vaccin est de 16 % (Source : CovidTracker). 

Dans le graphique ci-dessous, on voit que la baisse est lente mais continue sur les dernières semaines. Ce chiffre de 300 est cependant insuffisant pour basculer au-dessous du seuil d'alerte maximal qui se situe à 250. Un seuil matérialisé par une ligne en pointillé rose.

En revanche, le nombre de personnes hospitalisées en réanimation est toujours au-dessus de 100, à 104 exactement le 11 avril. Un chiffre stable depuis deux semaines. Il y a un mois, 130 personnes étaient admises en service de réanimation. C'est un indicateur important sur le nombre de cas graves et le niveau de saturation des services hospitaliers. Actuellement, 117 % des lits de réanimation sont occupés. Sur ce graphique, la courbe des admissions en réanimation s'infléchit, mais lentement.

Ce passage sous la barre des 300 interroge. S'agit-il d'un effet du confinement ? De l'accélération de la vaccination ? Du respect des gestes barrières ? Des vacances anticipées ? Ou bien, serait-ce un effet combiné de toutes ces mesures ? Sur le graphique ci-dessous, concernant le nombre de personnes hospitalisées, on distingue nettement un décrochage lors du 3ème confinement. L'infléchissement de la courbe n'est pas aussi important pour les différentes mesures de couvre-feu. 

D'après l'analyse des données du site Covid Tracker, à la date du 11 avril, le nombre de sorties, 43 est supérieur au nombre d'entrées, 31, dans les hôpitaux des Alpes-Maritimes. 

Une baisse attendue et bienvenue après de longs mois d'effort. Mais attention, ces chiffres peuvent encore être affinés en fonction des données recueillies ce week-end dans les services hospitaliers et l'administration.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société covid-19 politique