L’association de sauvetage d’animaux, Artémis Handicap, devant le tribunal correctionnel de Nice pour escroquerie 

Première audience pour la présidente de l'association de sauvetage d'animaux, Artémis Handicap, pour des faits d'escroquerie, au tribunal correctionnel de Nice, ce lundi 14 décembre. Son refuge se situe à à Revest-les-Roches dans les Alpes-Maritimes,

Ce cheval mal traité a été photographié par un ancien bénévole du refuge Artémis Handicap.
Ce cheval mal traité a été photographié par un ancien bénévole du refuge Artémis Handicap. © Un ex-bénévole d'Artémis Handicap

Tout commence en 2015, lorsque un bénévole de l’association publie des photos des conditions de vie des animaux du refuge sur Facebook. Depuis, d'autres témoignages dénoncent des installations non conformes et des faits de maltraitance.

L'association Au service des animaux ASA 06, qui s'est constituée partie civile, décide de se saisir de l’affaire et porte plainte à l’été 2018 pour "sévices graves, actes de cruauté envers les animaux" et "non respect des règles sanitaires et réglementaires".

Cette chèvre gisant dans la boue a été prise en photo par un ancien bénévole d'Artémis.
Cette chèvre gisant dans la boue a été prise en photo par un ancien bénévole d'Artémis. © un ancien bénévole d'Artémis

Des cagnottes en ligne frauduleuses

La présidente de l’association aurait, entre le 1er janvier 2017 et le 25 juin 2020, lancé des cagnottes en ligne pour sauver des animaux de l'abattoir ou en soigner d'autres, alors qu'ils n'existaient pas ou n'étaient pas prises en charge par un vétérinaire.

Les soins promis n'ont, semble-t-il pas eu lieu et les animaux seraient laissés dans un état pitoyable. Des donateurs français et étrangers, croyant financer des opérations médicales coûteuses, auraient ainsi été escroqués. Les fonds récoltés auraient été utilisés à des fins d'enrichissements personnels.

L'accusée avait déjà été condamnée pour des faits similaires en septembre 2016. 

Des années de maltraitance

Des chevaux très maigres, des chèvres mortes dans leurs excréments, des chiens entassés dans des cages… Les photos et vidéos prises du refuge par des bénévoles semblent tirées d’un film d’horreur. 

Les différents témoignages font aussi état de disparitions, et de nombreux décès sur le site de Revest-les-Roches. Les animaux décédés auraient été enterrés sur place par les bénévoles, une pratique interdite en France. Mais le manque de traçabilité des bêtes empêche de prouver ces infractions. 

Incompréhension

Malgré des mises en demeure de la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP) pour non conformité des installations, l'absence d'évacuation dans les enclos et manquement aux réglementations de détention d'animaux exotiques, la justice n'a pas retenu les faits de maltraitance dans la procédure visant Madame Blangis, présidente d'Artémis Handicap. 

C'est injuste, nous, petit refuge, on est contrôlé, on doit tout justifier... et à côté de ça une "asso" où rien ne va, et on a des preuves, on lui dit rien on laisse faire!

Cécilia Fruleux - Directrice de l'association ASA 06

Alors que la rumeur d'un déménagement de l'association Artémis Handicap court, l'ASA 06 demande une interdiction de détention d'un animal à l'encontre de l'accusée et de son mari. 

C'est la seule façon d'arrêter cette maltraitance! La saisie de tous les animaux et l'interdiction pour que cette situation ne se reproduise pas ailleurs!

Cécilia Fruleux - Directrice de l'association ASA 06

Les parties civiles ont demandé une citation directe auprès du tribunal pour maltraitance animale.

Un rassemblement a accompagné l'audience de ce 14 décembre devant le tribunal de Nice :

Deux saisies ont eu lieu au refuge depuis le début de la procédure. Ils resteraient entre 60 et 100 animaux sur place.

Le procès, pour escroquerie, est prévu pour mars 2021.  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature santé société justice