Aurélien Delahaye, l'Antibois qui surfe sous les aurores boréales

Aurélien Delahaye, chef d'entreprise d'Olympea Rivera, est le premier homme a avoir surfé en e-foil sous les aurores boréales. Un défi qu'il a relevé avec son équipe autour du 22 novembre 2022 à Tromso en Norvège après quasiment 3 jours de route en partance d'Antibes.

"À jamais les premiers" ! À lire cette expression, tout porte à croire qu'on a affaire à un Marseillais. Et pourtant, ce sont bien les mots de l'Antibois Aurélien Delahaye.

Cet Azuréen est le premier à avoir surfé en e-foil (une planche de surf électrique qui permet de voler au-dessus de l'eau) sous les aurores boréales de Tromso, en Norvège en novembre dernier.

Ce projet a donné lieu à une aventure humaine intense pour ce chef d'entreprise et son équipe. À travers ce voyage, Aurélien Delahaye a embarqué 6 autres personnes, rideur, rideuse, photographes et vidéastes, afin de réaliser un film de ce road trip et pour y accomplir un rêve.

La naissance du projet "Thor"

L'idée de surfer sous les aurores boréales est venue à l'esprit d'Aurélien Delahaye en regardant le documentaire "Under an Arctic Sky" sur Netflix. " Je me suis dit ça serait génial de pouvoir faire du e-foil sous les aurores boréales. Personne ne l'a fait. Et juste après avoir vu le documentaire, j'en ai parlé à Ruben Chiajese qui est un longboardeur professionnel. Il m'a demandé si j'étais sérieux. Quand je lui ai dit que oui, il était partant", s'exclame l'entrepreneur d'Antibes. 

Dès lors, Aurélien Delahaye va s'activer pour réaliser son rêve. "Le soir même, j'ai commencé à dessiner les grandes lignes. Je n'ai pas beaucoup dormi pour préparer ce voyage", avoue-t-il. Le rider et son équipe ont monté le projet "Thor" en seulement 2 mois et demi.

Concernant le nom de cette aventure, elle fait référence au dieu du Tonnerre de la mythologie nordique. "Les aurores sont associés à Bifröst dans les les légendes scandinaves. On a cherché plein de noms avant de tomber sur Thor. Tout le monde le connaît avec les films de super-héros et on s'est dit que c'était celui qui collait au mieux", précise le créateur.

Une courte préparation pour un long périple

Pour partir en Norvège surfer sous les aurores boréales, Aurélien Delahaye a dû s'imposer une préparation physique intense et spécifique. Selon lui, il aurait fallu six mois de préparation pour être prêt au lieu de deux mois. "Quand on se retrouve dans une eau à 3 degrés, c'est complètement différent de la Méditerranée", s'amuse le chef du projet. "J'ai dû préparer mon corps à ces basses températures avec un coach. J'ai fait beaucoup de renforcement musculaire et de bains de froid"

Pourtant, plonger dans ces eaux très froides n'était pas le plus compliqué des défis à relever. La question de la route inquiétait l'organisateur. Car, l'intégralité du trajet d'Antibes jusqu'à Tromso s'est déroulé en voiture. Au total, l'équipe répartie dans 2 véhicules a mis 3 jours et demi pour rallier les deux villes, soit plus de 4 500 kilomètres parcourus.

"La route est extrêmement pénible et longue une fois passé l'Allemagne. On a pris une grosse tempête de neige. Il a fallu beaucoup de patience pour arriver jusqu'à Stockholm. Et une fois Stockholm atteint, il y a que des routes enneigés et glacés. Il fallait être très vigilant"

Aurélien Delahaye

Une fois arrivée à destination, c'est un nouveau challenge qui commence pour Aurélien Delahaye. Car surfer sur les fjords norvégiens de nuit requiert une concentration maximale. 

"Être en symbiose avec le courant"

Au mois de novembre en Norvège, il ne fait jour que pendant 2h au maximum. C'est donc dans une obscurité quasi totale qu'Aurélien Delahaye a surfé en e-foil dans les eaux scandinaves. "En journée, on voit la houle arriver. On peut s'adapter. Mais là, on ne peut rien anticiper. Je me suis cassé la figure un paquet de fois avant de réussir la prise", se remémore-t-il.

Les courants des fjords sont très puissants. Cela rend la navigation bien plus difficile qu'en Méditerranée. Malgré cette forte pression, le rideur n'avait pas peur. "J'étais pleinement concentré sur ce que je faisais. Il fallait être total symbiose avec la nature", précise-t-il. 

Le surfeur n'était pas le seul à l'eau. Il était accompagné de deux rideurs Marion Neveu et Ruben Chiajese pour venir le chercher en cas de problème.

"C'est une fois sortie de l'eau de l'eau, quand l'équipe m'a montré les images que je me suis rendu compte de ce que je venais de réaliser. J'ai revécu toutes les sensations une fois dans mon lit"

Aurélien Delahaye

Pour Aurélien et son équipe, avoir pu vivre ce rêve est une grande fierté. Il se sent également très chanceux et reconnaissant. "On a eu des aurores boréales tous les soirs. On remercie la nature car les planètes étaient alignées". 

Un projet multiple qui en appelle d'autres

Ce premier accomplissement donne des idées au patron d'Olympea Rivera. S'il n'a pas souhaité nous dévoiler la prochaine étape à laquelle il souhaite s'attaquer, il nous a affirmé qu'il a déjà réfléchi à plusieurs pistes.

En attendant de repartir vers de nouveaux horizons, il veut présenter au festival de Cannes un court-métrage de ses exploits pour "faire découvrir cette aventure aux gens".
La sortie de film sera accompagnée d'un making-off qui sera disponible sur YouTube. En parallèle, une exposition photo sera présentée durant la première quinzaine de janvier sur le site commercial de Cap 3000 à Saint-Laurent-du-Var.