Bernard Tapie prêt à prendre le contrôle de Nice-Matin

Mars 2013, dans les locaux de Corse-matin, Bernard Tapie avec Frédéric Touraille, le directeur général, qui a depuis démissionné. / © PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP
Mars 2013, dans les locaux de Corse-matin, Bernard Tapie avec Frédéric Touraille, le directeur général, qui a depuis démissionné. / © PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP

Bernard Tapie se dit prêt à devenir propriétaire de Nice-Matin si la famille Hersant ne trouve pas d'investisseurs pour restructurer le quotidien régional. Dans le Figaro, il affirme qu'il serait «prêt à engager 20 à 25 millions d'euros dans le groupe Nice-Matin afin de le restructurer rapidement».

Par Olivier Le Creurer

La situation du groupe Nice-matin ne cesse de se dégrader. En janvier, il n'y aura probablement plus d'argent dans les caisses.

Un source syndicale, citée par Le Figaro explique: «Au rythme actuel, Nice-Matin perd près de 300 000 euros par mois, soit 4 millions par an, l'hémorragie ne peut plus durer".

Le PDG du groupe, Dominique Bernard est à la recherche de partenaires prêts à investir.
Mais certains sont intéressés, ils ont déjà prévenu qu'ils ne le feront qu'à partir du moment ou le redresseement de l'entreprise sera engagé. 
Une restructuration semble indispensable, elle entraînerait la suppression de 180 à 200 postes sur 600. 

À Bernard Tapie 100 % de La Provence et 50 % de Corse-Matin. À Philippe Hersant et sa famille le groupe Nice-Matin, dont 50 % de Corse-Matin et France-Antilles. Bernard Tapie restait également actionnaire minoritaire (25 %) du groupe Nice-Matin. Voilà l'accord annoncé entre Hersant et Tapie en juillet mais aujourd'hui Hersant a des problèmes de trésorerie et l'accord n'est toujours pas bouclé.

Date butoir le 20 novembre

Bernard Tapie a fixé au 20 novembre prochain la date butoir pour l'application de l'accord. 

"Je me sentirais presque obligé d'intervenir. Je trouverais dommage que les salariés de Nice-Matin, qui sont lucides sur la situation, se démobilisent sur leur avenir si Hersant ne trouve pas de solution."


Bernard Tapie affirme donc qu'il serait "prêt à engager 20 à 25 millions d'euros dans le groupe Nice-Matin afin de le restructurer rapidement. Mais alors il serait normal que j'en prenne contrôle".
 

Sur le même sujet

Les + Lus