Canicule : l'éventail, a t-il fait son grand retour ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Margaux Delaunay .

Avec ces vagues de chaleur, trouver un moyen de se rafraîchir devient une nécessité. L'allié de vos étés, pourrait bien devenir l'éventail. Léger, pratique et à la mode, ceux qui l'ont déjà adopté témoignent.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Vous l'avez peut-être aperçu aux terrasses des restaurants, sur les plages, ou chez votre vieille tante Suzette : l'éventail. Un objet de mode et d'histoire, qui est aujourd'hui très pratique pour affronter la canicule.

Et à bas les préjugés : cet objet millénaire n'a rien de ringard. A Antibes, cette touriste parisienne ne s'en passe plus : "avec les vagues de chaleur ou même dans le métro, ça devient indispensable", affirme-t-elle avant d'ajouter amusée : "c'est ma grand-mère qui me l'a offert, il faut croire que les mamies elles avaient tout compris."  

Né dans la nuit des temps, l'éventail était par exemple nommé ripis en Grèce. Une feuille de myrte, d'acacia ou de lotus. Les Étrusques et les Romains en faisaient déjà un accessoire de mode féminine.

Il arrive en Europe vers le XIVe siècle du Japon et de Chine par les importateurs de la compagnie des Indes. Il se présente alors sous forme de drapeau : un carton rectangulaire sur un manche. Puis apparaîtra l’éventail brisé, et enfin l’éventail plié, tel qu’on le connaît aujourd’hui.

L'éventail à l'ère des canicules

A Saint-Paul-de-Vence, dans les Alpes-Maritimes, c'est une véritable "caverne d'Ali Baba de l'éventail" que tiennent Patricia et Marlène. Depuis six ans, les deux copines ont décidé de créer des éventails pratiques et élégants. Des tailles et des coloris différents, mais toujours avec des matériaux nobles comme du bois et du tissu. "Ici, on ne fait pas des trucs bien moches en papier, achetés dans des boutiques-souvenirs à Venise, je suis couturière de formation alors je fais en sorte que ça devienne un vrai plus de la garde-robe", explique Patricia, tout en continuant une nouvelle création aux motifs liberty. 

Depuis plusieurs années, ces deux créatrices remarquent que les ventes augmentent. "Et surtout, ce ne sont plus uniquement les femmes d'un certain âge", reconnaît Patricia. Avant d'ajouter : "Dans certains dessins animés, les princesses en ont, donc certains enfants m'en demandent aussi." 

Il n'y a pas uniquement la culture pop' qui peut expliquer un tel engouement. La canicule et ces périodes d'extrême sécheresse nous pousse à adopter de nouveaux comportements. Si les clims et les ventilos nous rafraîchissent à l'ère de la modernité, ils sont énergivores et dans certaines circonstances totalement inutile. L'avantage d'un éventail, c'est qu'on peut le transporter partout et le glisser dans un sac. 

Moi, j'appelle ça la clim bio

Patricia

Mais la réelle nouveauté, ce sont les hommes. On ne s'attendait pas à les voir en acheter, car les clichés de genre ont la vie dure et pourtant… Patricia est formelle : "Ils deviennent un nouveau cœur de cible. Bon, ils en achètent souvent des neutres, sans fantaisies, mais beaucoup ont compris à quel point c'était sympa d'en avoir un quand il fait chaud."

Les éventails restent aussi des objets de déco et d'art. Certains racontent des histoires ou évoquent des souvenirs, ceux d'un voyage ou même la personne qui nous l'a offert. 

Un objet culturel 

Présents sur plusieurs continents et à différentes époques. L'éventail est un moyen de communication. Sa gestuelle permettait par exemple de distinguer la duchesse de la couturière. 

A Bordeaux, une exposition lui est dédiée jusqu'en novembre 2022.  2 000 éventails provenant d'une collection privée avec des pièces parfois précieuses, rares ou étonnantes sont présents. 

C'est un objet personnel. C'est un objet qui est au départ un accessoire de mode, de parure, de séduction, mais pas seulement. C'est aussi un objet de communication. Il peut être un objet d'art et il a également un intérêt social très important 

témoigne Geneviève Dupuis-Sabron, commissaire de l'exposition 

Dans certaines cultures, ils restent encore un objet social à part entière comme en Espagne avec les danseuses de Flamenco, ou dans certains pays asiatiques. 

Selon l'Institut National des Métiers et des Arts, en France, on ne recense que 3 éventaillistes. À ces derniers, s’ajoutent quelques artistes ou artisans d’art qui créent des modèles permettant de mettre en œuvre leur propre savoir-faire : dorure à la feuille, bijouterie, peinture sur soie ou encore dentelle.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité