Caravelle Ajaccio-Nice : "on est proche de la vérité" selon l'association des victimes du crash

Publié le
Écrit par Catherine Lioult .

Les représentants de l'association des victimes du crash d'une Caravelle d'Air France faisant la liaison Ajaccio-Nice le 11 septembre 1968 a été reçue par le procureur de la République de Nice. L'occasion de faire le point sur l'enquête, 52 ans après. 
 

Ils ne lâchent rien.

Mathieu et Louis Paoli cherchent depuis 52 ans dans quelles circonstances ses parents Ange-Marie et Toussainte  ont perdu la vie. 

Ce 11 septembre 1968, le vol Air France 1611 n'ira pas à son terme. La caravelle SE 210, qui relie Ajaccio à Nice s'abîme au large d'Antibes peu avant l'atterrissage. Il n'y aura aucun rescapé, les 95 personnes présentes à bord (dont 13 enfants et 6 membres d'équipage) ne survivront pas à ce crash.



Mathieu avait à l'époque 24 ans, Louis 21. 

Aujourd'hui, on n'a jamais été aussi proche de la vérité, c'est ce qu'il ressort de l'entrevue avec le procureur de la République de Nice, Xavier Bonhomme. 

C'est le deuxième procureur que nous rencontrons en 52 ans, après Eric de Montgolfier. Il a été très approchant, il connaît bien le dossier, il nous a dit qu'on sait très bien jusqu'où on doit aller, c'est jusqu'au bout, c'est lui qui nous l'a dit ! Et c'est la meilleure des chose pour qu'enfin on lève le secret défense.

Mathieu Paoli

Un entretien d'une heure

Louis et Mathieu Paoli ont donc été reçus comme représentants de l'association des victimes du crash. Ils étaient accompagnés de leur avocat, maître Paul Sollacaro.

Quelle est l'origine de ce drame ?

Un accident selon la version officielle, suite à un incendie dans la partie arrière de l'avion. Les familles des victimes avancent de leur côté un tir accidentel de missile lors d'un exercice militaire, d'autant qu'il y aurait des témoins. C'est donc ce qui aurait fait couler l'avion.

Mais il est impossible d'en avoir une preuve formelle car certaines pièces du dossier sont couvertes par le secret défense.



Vers la levée du secret défense 



Le 5 août 2019, Mathieu Paoli a adressé une lettre à Emmanuel Macron, afin qu'il intervienne en tant que Chef des armées pour faire lever le secret défense après la reconnaissance par la justice de la thèse de l'impact d'un missile non armé. 



L'enquête a été rouverte, mais le juge d'instruction se heurte à des documents classés par l'armée "secret défense" qui devraient être déclassifiés. 

C'est ce qu'a demandé le président Macron à la ministre des armées. Pour Paul Sollacaro, avocat des familles, le procureur de la République est déterminé à faire toute la vérité sur ce lourd et douloureux dossier. Il fait le point sur la procédure. 

L'espoir enfin



Les commémorations ont lieu chaque année à date anniversaire à la fois en Corse et sur le continent et c'est à chaque fois un moment de grande émotion pour les familles des victimes. En cette année 2020, 52 ans après le drame, les frères Paoli l'affirment, bientôt il n'y aura plus de mystère, juste la vérité. 

 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité