• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Cette salle de Nice vous propose de vous défouler en cassant tout autour de vous

Télévision, assiettes et bouteilles... tout est à casser. / © France 3 Côte d'Azur
Télévision, assiettes et bouteilles... tout est à casser. / © France 3 Côte d'Azur

Si vous êtes énervés, cette salle de Nice est faite pour vous.  Un endroit pour évacuer sa colère en cassant tout ce qui se trouve autour de soi.

Par Laurent Verdi

Une batte, une barre à mine, une masse, le concept est simple : il faut tout casser. 

Dans une salle fermée et avec des protections de la tête aux pieds, les clients de la salle Le dégommoir peuvent moyennant finance démolir les objets présents dans la pièce.



Bouteilles, verres, assiettes, meubles, appareils électroménagers et même multimédias, tout y passe. C'est surtout un bon moyen de se défouler et d'expulser sa colère selon Léanna Drevet, qui travaille dans la salle : "ça défoule beaucoup mais ça plaît".


Un concept qui voyage


Il s'agit de la deuxième salle de ce genre en France. Ce concept est né au Japon et s'exporte bien. Après Paris, celle de Nice est la deuxième "fury room" de France.

"Je pense à mon patron...", confie l'un des clients en pleine action.


Ici le forfait va de 10 à 100 euros en fonction du nombre de personnes. Le tarif dépend aussi du nombre d'objets à détruire... Cela va de la vaisselle aux meubles en passant par l'électroménager.

La salle est isolée et protégée. / © France 3 Côte d'Azur
La salle est isolée et protégée. / © France 3 Côte d'Azur


La durée de la séance peut aller de 10 à 30 minutes. A la fin, les clients sont exténués, "Je pense à mon patron...", nous confie l'un d'eux.

Regardez la vidéo de la salle Fury Room parisienne.


De plus, tous les objets sont des objets de récupération et les restes des destructions partent au recyclage. Pour certains parents qui voudraient y envoyer leurs enfants qui débordent d'énergie, ils ne peuvent pas participer à la fête, pour l'instant.

Sur le même sujet

Les évacués de la rue d'Aubagne

Les + Lus