Christian Estrosi condamne une agression "antisémite" qui aurait eu lieu à Nice

Selon le maire Christian Estrosi, quatre mineurs ont été agressés dans le centre-ville de Nice en raison de leur religion dans la nuit de vendredi à samedi. Alors que les auditions sont encore en cours, le mobile "antisémite" de l'agression semble s'écarter selon la police nationale.
 
Le Vieux-Nice à la tombée de la nuit.
Le Vieux-Nice à la tombée de la nuit. © PHOTOPQR/NICE MATIN/MAXPPP
Aux alentours de deux heures du matin, quatre mineurs ont été agressés dans le centre-ville de Nice, peut-être en raison de leur religion. Molestés par un groupe de cinq individus, parce que l’un d’eux portait une étoile de David autour du cou, ils ont été victimes de coups et du vol d’une chaîne en or. 

Ces informations contenues dans un communiqué de la mairie de Nice envoyé aux rédactions ce samedi soir ne sont pour l'instant pas toutes confirmées par la police nationale. Au fur et à mesure de l'avancée des auditions, le caractère antisémite de l'agression semble s'écarter. 
   

Intervention de la police municipale


La police municipale a pu procéder à l’interpellation et la présentation de quatre des cinq agresseurs présumés tous majeurs. Actuellement ils sont toujours en garde à vue.

Leurs auditions étaient toujours en cours à 18 heures ce samedi.
 

Communiqué de Christian Estrosi

 
Pour Christian Estrosi, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice côte d’Azur, Président délégué de la région SUD Provence- Alpes – Côte d’Azur :

" L’agression dont ont été victimes 4 jeunes, dans la nuit de vendredi à samedi à Nice, est intolérable. L’agression de jeunes gens dans un acte de délinquance générale est déjà inacceptable mais quand cette agression est provoquée en raison d’une appartenance ou d’un signe religieux, elle devient insupportable.
 
(...) Je tiens à exprimer et réaffirmer ma solidarité avec la communauté juive, aux 4 jeunes agressés ainsi qu’à leur famille. Je me suis d’ailleurs entretenu avec l’une d’elle pour lui apporter tout mon soutien et tiens à souligner toute la force de caractère qu’ils ont montré au cours de cette épreuve. De tels actes ne peuvent être commis sur le sol de la République, c’est pourquoi j’attends de la justice la plus grande sévérité à l’égard des agresseurs."
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers