3 fois moins d'enfants aux urgences pédiatriques de l’hôpital Lenval à Nice par peur de consulter

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, le nombre d’entrées aux urgences pédiatriques de l’hôpital Lenval à Nice a été divisé par trois. Les médecins s'en inquiètent et alertent les parents : « si vous avez le moindre doute sur la santé de vos enfants, n’attendez pas ! »

Décalée de trente mètres, l’entrée aux urgences pédiatriques de l'hôpital Lenval de Nice se fait uniquement par l’extérieur désormais.
Décalée de trente mètres, l’entrée aux urgences pédiatriques de l'hôpital Lenval de Nice se fait uniquement par l’extérieur désormais. © Manon Hamiot / FTV
La consigne d’éviter l’engorgement des hôpitaux semble avoir été bien entendue en France.
Un peu trop même. De nombreux établissements hospitaliers notent une baisse de la fréquentation des services d’urgences, notamment les urgences pédiatriques de la Fondation Lenval à Nice, où le nombre de nouveaux patients par jour a été divisé par trois depuis le début du confinement, confirme de directeur général de l’hôpital.

Habituellement, les urgences pédiatriques de Lenval accueillent 170 patients par jour en moyenne. Actuellement, on ne dépasse pas les 50 patients par jour. C'est très peu.

« Le confinement évite la propagation du Covid-19 et de l’ensemble des virus, il est donc normal que nous ayons moins de consultations pour des gastro-entérites par exemple, précise le docteur Hervé Haas, chef des urgences pédiatriques. Mais il y a aussi des parents qui attendent ou qui renoncent à amener leur enfant aux urgences par peur de contamination, et ça c’est très dangereux ».
 
« Les parents doivent continuer à avoir les mêmes réflexes par rapport à la santé de leurs enfants qu’avant l’épidémie » ajoute Gilles Brezac, responsable des situations sanitaires exceptionnelles à Lenval.

« Récemment, on a reçu un enfant qui avait une forme aiguë de péritonite. Il présentait les symptômes de l’appendicite depuis plus d’une semaine ! Si on avait pu le prendre en charge plus tôt, son cas aurait été moins grave », déplore le docteur Gilles Brezac. 

Au moindre doute sur la santé de votre enfant, appelez votre médecin. S’il vous conseille d’aller aux urgences, allez-y sans attendre. 

La salle d'attente vide des urgences pédiatriques pour les enfants hors-Covid, à l'hôpital Lenval.
La salle d'attente vide des urgences pédiatriques pour les enfants hors-Covid, à l'hôpital Lenval. © Manon Hamiot / FTV
Le directeur général de l’hôpital Lenval souhaite rassurer les parents.
« Depuis le début du mois de février, des circuits sont mis en place au sein de l’hôpital pour éviter la propagation du virus et la contamination entre les patients. L’ancien service de pédiatrie générale a été transformé en zone Covid, pour prendre en charge les patients positifs ou en attente de diagnostic. Nous pouvons y accueillir jusqu’à 23 patients en même temps, mais à ce jour il n’a pas été rempli à plus de 50 % de sa capacité », détaille Arnaud Pouillart. 

Il faut dire aux parents qu’ils ne prennent pas de risque quand ils viennent aux urgences de Lenval.  


« Il y a très peu de cas graves chez les enfants » 


Au début de l’épidémie, deux à trois enfants atteints par le Covid-19 se présentaient aux urgences de Lenval par semaine. Mais depuis une quinzaine de jours, aucun nouveau cas positif.
Les médecins de l'hôpital se veulent rassurants. « Aujourd’hui, on sait que les enfants et les jeunes adolescents font très rarement des formes graves de Covid-19 », précise Hervé Haas, chef des urgences pédiatriques.

Dans 90 % des cas, les enfants et adolescents qui ont de formes sévères de Covid souffrent d'obésité.


Nous n’avons pour l’heure pas connaissance du nombre exact d’enfants décédés à cause du coronavirus. Depuis une dizaine de jours, un observatoire a été mis en place, afin que tous les hôpitaux signalent les enfants hospitalisés dans leurs services. « On devrait avoir des données plus précises sur le Covid chez les enfants d’ici une quinzaine de jours », estime Hervé Haas. 

« On a connaissance du décès d’une jeune fille de 16 ans à l’hôpital Necker à Paris fin mars, et d’un adolescent dans le Grand Est. Mais ce sont des cas très rares », poursuit le chef des urgences pédiatriques de Lenval. Chez les nourrissons, la guérison est même parfois plus rapide que chez leur parent, souligne le médecin.Comme de nombreux établissements, l'hôpital Lenval de Nice a mis en place la téléconsultation.  Les médecins le répètent, au moindre doute pour la santé de votre enfant, n'hésitez pas à l'utiliser. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société paca jeunesse famille