Coronavirus : face à la baisse des patients covid-19, le CHU de Nice reconsidère son offre de soin

Lors d'une conférence de presse tenue ce jeudi 23 avril, le directeur du CHU de Nice a indiqué qu'il y avait une très forte diminution des patients covid-19 qui permettait d'accroître l'activité hors covid. 

Le service d’hématologie de l'Archet à Nice ce jeudi 23 avril.
Le service d’hématologie de l'Archet à Nice ce jeudi 23 avril. © FTV / Daniel Gerner
Au CHU de Nice, 65 patients sont soignés pour coronavirus dont 15 en réanimation. Un chiffre en baisse constante qui permet au CHU d’envisager la reprogrammation des opérations non-covid. 

Les limites non-atteintes


La mise en place du plan blanc a permis de doubler la capacité de lits en réanimation passant à 28 et 52 lits de plus "armables". "Nous n'avons jamais atteint les limites du système hospitalier que nous avions mises en place le 14 mars. Nous avons été amenés à défaire une partie de nos unités puisqu'elles n'étaient plus nécessaires au regard des activités que nous avons. Nous avons prévu de reconsidérer l'offre de soin jusqu'à la fin du confinement" explique Charles Guepratte, directeur du CHU de Nice. 
 

Les activités non-covid urgentes sont déjà maintenues, beaucoup de consultations et d'interventions avaient été reportées. L'idée est d'accroître l'offre "tout en maintenant la possibilité de réinstaller un service covid d'ici à 48 heures si un second pic arrivait" continue Charles Guepratte. 

Le programme opératoire, lui a repris début début avril, "l'analyse médicale se fera au cas par cas". "Nous prenons en charge les actes prioritaires, cancer, chirurgie anévrisme, aortique et cardiologique. Il serait fâcheux que l'on souffre d'une crise sanitaire à cause des pathologies non-traitées pendant la crise du coronavirus" explique Thierry Piche, président de la Commission médicale d'établissement du CHU de Nice.

"Nous allons tenter de rouvrir 30 à 40% de la capacité habituelle du CHU en sachant que certaines interventions sont beaucoup plus longues que les autres" conclut-il.

Contactez le CHU

"Depuis le début de la crise, on a été dans l'obligation de déprogrammer des opérations, que petit à petit nous reprogrammons, il ne faut pas que les patients hésitent à se manifester, il est possible que certains n'aient pas été recontactés" complète Thierry Piche, président de la Commission médicale du CHU. 

20% de premières consultations en moins

Le service d’hématologie de l'Archet continue de recevoir des patients, ce jeudi 23 avril.
Le service d’hématologie de l'Archet continue de recevoir des patients, ce jeudi 23 avril. © Daniel Gerner / FTV


"Il y a désormais environ un millier de téléconsultations par semaine, au lieu de 200 habituellement" explique Thierry Piche. 
 

Dans le service d'hématologie de l'Archet pour le suivi et lorsque c'est possible, les consultations se font par téléphone et les soins à domicile. Mais, la continuité du service est assurée avec toutes les précautions pour ne pas que ces malades rencontrent des malades covid-19. 

Les médecins s'inquiètent des malades qui retardent la prise en charge de leur pathologie, depuis le début de la crise, il y a 20 % de premières consultations en moins qu'habituellement.
 

Manifestation devant l'hôpital Pasteur 

Ce jeudi 23 avril, entre 70 et 100 soignants du CHU de Nice se sont mobilisés sur le parvis de Pasteur 2 à l'appel du syndicat force ouvrière pour protester contre leurs conditions de travail et le manque de matériel. 

"On a besoin de salaires décents, on a besoin d'avoir du matériel, on a besoin d'avoir des effectifs, comment la cinquième ville de France peut chercher des thermomètres ?" interroge Michel Fuentes, secrétaire général de FO. 
 
Michel Fuentes nous confiait n'avoir qu'un masque pour huit heures de travail "il faudrait ne pas manger ou boire pendant huit heures, c'est impossible" explique-t-il. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter