Covid-19 : à quelques heures du réveillon de Noël, les indicateurs liés à la pandémie sur la Côte d'Azur ne sont pas bons

Publié le Mis à jour le

Taux d'incidence, tension hospitalière, taux de positivité des tests de dépistage... les indicateurs avec lesquels les Azuréens ont appris à vivre depuis près de deux ans ne sont pas bons à la veille de Noël.

C'est un record dont on se serait bien passer dans les Alpes-Maritimes et le Var, où le taux d'incidence bat des records depuis le début de la pandémie de Coronavirus.

L'arrivée du variant Omicron a sensiblement modifié la donne, et surtout les données statistiques qui se sont envolées la semaine avant Noël. 

Dans les Alpes-Maritimes, le taux d'incidence est à 962,02 cas pour 100.000 habitants, soit une hausse de 21,98% en 7 jours.

Dans le Var, il atteint précisément les 906,66 cas pour 100.000 habitants, soit une augmentation de 19,74% en 7 jours.

Une tension hospitalière qui ne cesse de grimper

Ce vendredi 24 décembre, la situation hospitalière est également loin d'être anecdotique. Ce sont 89% des lits qui sont occupés dans les Alpes-Maritimes, et il faut compter une tension hospitalière établie à 90% dans le Var.

37 nouvelles hospitalisations dans le Var, ce jeudi 23 décembre, à cause du Covid, ont été décomptées par Santé publique France.

Tests de dépistage et vaccination

A la pharmacie du Carrefour Nice TNL, ce matin du 24 décembre, c'était le grand rush. D'abord pour faire d'ultimes emplettes de Noël, mais aussi pour se soumettre à un test de dépistage avant le dîner. Une pharmacienne de l'échoppe commente même devant la caméra de France 3 Côte d'Azur : "ce matin, j'en ai fait au moins 200, en même pas 3 heures. Il y a carrément le logiciel qui bugge, qui n'arrive pas à envoyer tous les résultats tellement il y a de monde." 

Dans les chiffres, cela se traduit par un taux de positivité des tests de 7,5% pour le département maralpin. Et de l'ordre de 8,3% dans le Var. 

La vaccination se poursuit avec l'annonce ce jour de la haute autorité sanitaire qui s'est prononcée en faveur d'un délai de 3 mois pour l'injection de la dose de rappel, qui préconise également un rappel aux adolescents vulnérables, âgés de 12 à 17 ans.

Le ministre de la santé  Olivier Véran précisait ce matin sur Twitter qu'il restait 100.000 rendez-vous de vaccination pour cette journée du 24 décembre.

Le ministre a par ailleurs communiqué vouloir amplifier cet effort dès ces prochains jours. 

Un conseil de défense sanitaire a été annoncé en milieu d'après-midi pour faire un point sur la situation sanitaire dans le pays. Il se tiendra ce lundi 27 décembre à 16 heures.