Covid 19 : à la demande de Christian Estrosi, les locations saisonnières interdites à Nice à partir de ce samedi

Christian Estrosi a pris un arrêté pour interdire les locations saisonnières du 6 au 20 février au minimum. Une mesure prise pour endiguer la flambée de l'épidémie Covid 19 dans les Alpes-Maritimes. Le maire de Nice invite le préfet à élargir cette mesure au département.

Nice : Christian Estrosi interdit les locations saisonnières
Nice : Christian Estrosi interdit les locations saisonnières © VALERY HACHE / AFP

"J'ai d'abord  à protéger les Niçois, c'est ma responsabilité" a rappelé Christian Estrosi, en interdisant les locations saisonnières dans sa ville à partir de ce 6 et jusqu'au 20 février. Un recours à été déposé.

Les Alpes-Maritimes sont très impactées par l'épidémie de coronavirus, le taux d'incidence au 4 février par habitant est de 450 pour 100 000 alors que la moyenne nationale est de 366. Depuis le 1er février, 118.851 personnes ont été vaccinées en région Provence Alpes et Côte d'Azur.

 On comptabilise également 420 personnes en réanimation. Mais le nombre d'hospitalisations a légèrement baissé : 1673 personnes sont actuellement dans les hôpitaux à cause du coronavirus. 

Le maire de Nice indique qu'il pourra reconduire cette décision et espère que le préfet du département Bernard Gonzalez adoptera cette mesure à l'ensemble des Alpes-Maritimes. 

Cette interdiction débutera donc au début des vacances scolaires d'hiver. Le maire de Nice ne souhaite pas une augmentation des rotations à l'aéroport Nice-Côte-d'Azur. 120 vols par jour avaient été enregistrés contre une vingtaine auparavant. 

Je ne souhaite pas que l'effet de la fin d'année et de Noël se reproduise en février avec les congés

Christian Estrosi, maire de Nice

Des contrôles renforcés 

Le maire de la ville souhaite également accentuer les contrôles des voyageurs arrivant à Nice. "J’ai demandé au préfet d’intensifier les contrôles à l’aéroport et dans les gares, sur les provenances des pays étrangers particulièrement touchés, et notamment de bien contrôler les fausses attestations PCR négatifs" a martelé Christian Estrosi lors de son allocution. 

Avec l'arrivée du nouveau variant anglais sur le territoire, le virus se propage plus rapidement. A Nice, un contrôle des eaux usées à également été mis en place, pour observer la concentration du covid 19 présent dedans. 

Des tests salivaires pour les écoles  

Dans les écoles, la circulation du virus s'intensifie. Depuis la rentrée des classes, les milieux scolaires sont particulièrement touchés. Le Ministre de l’Education avait annoncé des dépistages massifs dès lors qu’un établissement avait plusieurs cas.

Le maire de Nice affirme  :"la ville a mis en place des équipes pour pouvoir réaliser des tests antigéniques sur les personnels et les enseignants."

Il ajoute : " pour les enfants, j’ai saisi le ministre de la Santé, car nous ne voulons pas les traumatiser avec des tests naso-pharyngés alors que nous avons la chance d’avoir un procédé mis au point par le professeur Marquette et Hoffman au CHU, avec des tests salivaires." 

La course au vaccin s'intensifie 

Christian Estrosi indique avoir demandé au gouvernement plus de doses. 

La vaccination se poursuit avec l’ouverture du centre Nikaia. Même si l’approvisionnement en vaccin est insuffisant aucun rendez-vous n’a été annulé selon le premier adjoint au maire, Anthony Borré.

De nombreuses personnes de plus de 75 ans sont encore en attente de leur première injection faute de rendez-vous.

Une situation d'autant plus "gênante" pour les Alpes-Maritimes, département qui compte le plus de personnes à risques. 12,5% de personnes de plus de 75 ans contre 9% à l'échelle nationale. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
christian estrosi politique coronavirus/covid-19 santé société loisirs sorties et loisirs