COVID 19 : Christian Estrosi réclame des mesures sous 24h face à la situation préoccupante dans les Alpes-Maritimes

 Le président de la Métropole Nice Côte-d’Azur, Christian Estrosi, a convoqué ce lundi matin son Conseil Local de Santé Publique - tout juste nommé - pour formuler des demandes urgentes au ministre Olivier Véran face à la situation sanitaire qui se dégrade dans le département.

Dès le début de son compte rendu à la presse en visioconférence, Christian Estrosi, alerte sur la situation sanitaire qui se dégrade : « le taux d'incidence remonte de manière préoccupante ».

Il est de 323 pour 100 000 habitants dans les Alpes-Maritimes ce qui s'explique par le fait que l'on teste beaucoup ici, d'après le maire de Nice, et parce que c'est aussi le département qui compte le plus d'Ehpads, même si les clusters s'y sont stabilisés.

Le Conseil Local de Santé Publique a formulé plusieurs demandes au ministre de la Santé, à prendre en compte dans les prochaines 24 heures, pour éviter une situation d'extrême urgence dans une dizaine de jour : 

  • La campagne de vaccination doit débuter immédiatement dans les Alpes-Maritimes.
  • Des mesures restrictives de déplacement doivent êtres prises surtout avec l'Italie, en instaurant une réciprocité de la quarantaine, et avec Monaco en autorisant seulement les déplacements professionnels avec certificat.
  • Un meilleur contrôle des passagers qui atterissent à l'aéroport de Nice ; le nombre de vols s'est multiplié passant de 20 à 120 en quelques jours. 

 

En plus de ces demandes, Christian Estrosi s'est adressé au préfet pour avancer le couvre-feu à 18h-19h dans certains secteurs.

De son côté, il annonce un arrêté municipal pour limiter la fréquentation des grandes surfaces à 50%. Concernant le Nouvel An, le maire a déclaré un renfort policier : « Nous seront extrêmement fermes, il ne doit pas y avoir de soirée ». 

Il rappelle que depuis vendredi 1 569 procès verbaux ont été dressés dans le département, dont un millier pour non-port du masque. 

Cette même matinée, au lendemain des premières vaccinations en France contre le Covid-19, l'Élysée a prévenu qu'un Conseil de défense sanitaire sera organisé ce mardi 29 décembre.

Les Alpes-Maritimes : un des territoires inquiétants

Ce dimanche, 3 territoires "inquiètent" les autorités de santé, à savoir la région Grand-Est, la Bourgogne-Franche-Comté et les Alpes-Maritimes.

Dans le 06, selon Santé Publique France, le taux d'incidence, au 23 décembre était de 340. Ce qui indique que la situation est désormais similaire à celle de fin octobre (début du deuxième confinement).

Dans une interview accordée au Journal du Dimanche, le premier ministre évoque un possible 3e confinement :

L'augmentation de l'incidence chez les personnes âgées dans certains territoires ruraux fait, en particulier, craindre une hausse des hospitalisations dans les jours à venir. Les élus ont raison de se mobiliser : nous ne pouvons pas nous permettre de laisser flamber l'épidémie à nouveau. Nous prendrons les mesures nécessaires, si la situation devait s'aggraver.

Olivier Véran, ministre de la santé

"L’ensemble des hôpitaux du 06 sont en mesure d’augmenter leur capacité d’accueil"

Le Professeur Michel Carles, infectiologue au CHU de Nice, sera l’invité de notre journal ce lundi. Il nous donne des éléments de contextualisation de ses chiffres :  

Nous avons augmenté le nombre de tests de manière significative avant les fêtes de fin d’année, ce qui constitue l’une des explications. L’autre élément important à prendre en compte, c’est le nombre important de clusters apparus dans nos Ehpad. Dans notre Région, le troisième âge représente un grand nombre de ces cas positifs, c’est une spécificité régionale.  

Pr. Michel Carles, infectiologue au CHU de Nice

Le dépistage en Ehpad, est, en effet, systématique. Sur la commune de Vence, plus de 100 pensionnaires et personnels de la maison de retraite La Vençoise ont été testés positifs au coronavirus ces dernières semaines.

Bien que pour l’heure, le Dr. Michel Carles ne constate pas d’afflux massif de patients dans les hôpitaux niçois, ce spécialiste ne relativise pas la situation et s’attend, dans les jours qui viennent à une augmentation du nombre d’hospitalisations. 

L’ensemble des hôpitaux du 06 sont en mesure d’augmenter leur capacité d’accueil. Nous gardons toujours plus d’une 10 aine de lits de réanimation et d’hospitalisation, et nous réajustons cette jauge en fonction des besoins. 

Pr. Michel Carles, Infectiologue au CHU de Nice

Une situation qui se dégrade

Par voie de communiqué, les services de la ville de Nice confirment que les différents indicateurs liés à l’épidémie de Covid n’ont fait que conforter les inquiétudes perçues ces derniers jours :

  • 15 admissions supplémentaires en réanimation au CHU de Nice en une semaine. Soit, un total de 57 lits occupés au sein du service Covid.
  • Le taux de positivité s’est rapproché de 7% contre à peine 5.5% au 21 décembre 2020, avec 2747 personnes positives semaine 50 selon les chiffres de l’Agence régionale de Santé.
  • Nette hausse des verbalisations par la Police Municipale, +50% pour déplacement interdit et sans justificatif, 19 verbalisations pour non port du masque sur l’espace public sur la seule journée du 23 décembre 2020 contre 7 par jour en moyenne la semaine précédente. Face à cette réalité la Police Municipale de Nice a renforcé ses contrôles et préventions sur le respect des gestes barrière.

L'épidemie en France

Le ministre de la Santé a invité les Français à être prudents et responsables le soir du réveillon du Nouvel An : 

Le meilleur moyen de célébrer l’entrée dans la nouvelle année, c’est de ne pas la célébrer ! (…) On ne peut pas, pour une soirée, prendre le risque de bloquer à nouveau le pays pendant des semaines.

Olivier Véran, ministre de la santé

 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité