Dans l'Académie de Nice, 87% des inscrits ont été admis au Bac

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sarah Dumeau

87,1 % des 20.479 candidats de l'Académie de Nice ont obtenu leur baccalauréat. Le Bac 2022 a été marqué par le début des épreuves de spécialité, une nouveauté issue de la réforme du Bac qui n'avait pas pu avoir lieu l'an passé à cause du Covid.

Ce sont 87,1 % des élèves de l'Académie de Nice - regroupant le Var et les Alpes-Maritimes - qui ont obtenu leur baccalauréat. C'est légèrement au dessus de la moyenne nationale, située à 86%.

Les résultats ont été publiés hier, dès 10 heures, sur internet et devant les établissements scolaires.

8,9 % des candidats, soit 1821 élèves, ont obtenu une mention "Très Bien".

Sur les 2640 élèves qui n'ont pas décroché l'examen, 1425 candidats ont une moyenne comprise entre 8 et 10 et devront passer les épreuves de rattrapage, qui auront lieu cette semaine.

Cette année a été marquée par le début des épreuves de spécialité, qui n'avaient pas pu avoir lieu l'an passé à cause du confinement du printemps. Ces épreuves sont une spécificité du "Bac Blanquer", en vigueur depuis la rentrée 2021.

Les élèves choisissent trois spécialités en première en fonction de leur intérêt et de ce qui est proposé par leur établissement. Au programme : mathématiques, sciences économiques et sociales, géopolitique et science politique ou encore sciences de l'ingénieur.

En terminale, les élèves abandonnent une spécialité pour n'en conserver que deux sur lesquelles ils passeront une épreuve au baccalauréat.

Le grand oral : épreuve inégalitaire ?

C'était aussi le retour du "Grand oral", une autre nouveauté issue de la réforme du Bac qui ne fait pas l'unanimité parmi les enseignants. Après 20 minutes de préparation, les élèves doivent parler 15 minutes face à un jury sur une question préparée pendant l'année. Les 5 dernières minutes sont consacrées à l'exposé du projet professionnel de l'élève.

"C'est une épreuve très inégalitaire selon les milieux sociaux dont sont issus les élèves", soupire Fabienne Langoureau, secrétaire générale du syndicat enseignant SNES FSU et professeure de français dans un lycée niçois.

L’élève qui a l'habitude de faire des présentations face à un public, par exemple s'il joue au conservatoire, aura évidemment plus de choses à dire que l’élève lambda qui n’est pas préparé à ce type de prestation

Fabienne Langoureau

La représentante syndicale regrette aussi qu'il n'y ait pas d'heures prévues au programme pour préparer cet oral.