REPLAY. Des Bouddhas sculptés, dessinés ou colorés contre la morosité et pour la paix

Publié le Mis à jour le
Écrit par Aline Métais

L'émission PointCult' est consacrée ce 19 mars aux différentes facettes d’un personnage mondialement connu et devenu culte : Bouddha.

Revoir l'émission

Difficile d'atteindre le Nirvana en ce moment, entre une pandémie mondiale et une guerre qui risque de l'être.

Alors pourquoi pas se tourner vers Bouddha, un personnage aux multiples facettes qui a inspiré et continue d'inspirer des artistes ? Son visage serein, en pleine méditation, nous ferait même du bien grâce à son sourire éternel.         

Rendez-vous donc au Musée des Arts Asiatiques de Nice pour un voyage dans l'univers des Bouddhas. 

Une exposition rassemble des sculptures millénaires venues de toute l’Asie : Japon, Inde, Chine, Thaïlande, Vietnam, Cambodge. Des Bouddhas de toutes les tailles, dans des positions différentes et des matériaux variés : en bois, en métal.

Pour faire dialoguer les arts, Adrien Bossard, le conservateur du musée, a proposé à Virginie Broquet, une dessinatrice niçoise de peindre toute la rotonde bouddhique, une grande pièce circulaire de 40 mètres de long.

Une fresque qui représente l’histoire du fondateur du bouddhisme : « la Geste de Bouddha ».

Il lui a fallu mille bras pour réaliser ces dessins géants !

Virginie Broquet a passé 10 jours dans le musée, parfois devant les visiteurs, pour réaliser cette immense fresque : des dessins dorés ou en noir sur fond blanc. Certains Bouddhas semblent sortis tout droit d’une scène d’Angkor ou d’un temple bouddhiste.

La dessinatrice globe-trotteuse s’est inspirée de ses nombreux voyages en Asie.

Ses dessins très graphiques contrastent et jouent avec les statues anciennes, leurs positions, leurs regards, leurs sourires. 

Mais attention, c'est une aventure artistique éphémère : à la fin de l’exposition, tous les dessins disparaîtront, la rotonde retrouvera son blanc virginal.

Exposition des dessins de Virginie Broquet : « La Geste de Buddha » Jusqu’au 4 septembre.     

Le personnage de Bouddha est aussi devenu une tendance dans la musique, l’art moderne et la décoration. Direction le moulin de la bastide de Mougins pour découvrir un nouveau lieu : « Iki.T ».

Nathalie Engelmajer a ouvert un « concept store » dédié aux Boudhhas rieurs. Selon elle, le sourire de ces bouilles aux couleurs vives nous ferait du bien. 

En plein Covid, alors que son entreprise dans l’événementiel sombrait, elle s’est lancée dans cette aventure un peu folle. 

Nathalie Engelmajer a ouvert un « concept store » dédié aux Boudhhas rieurs. Selon elle, le sourire de ces bouilles aux couleurs vives nous ferait du bien. En plein Covid, alors que son entreprise dans l’événementiel sombrait, elle s’est lancée dans cette aventure un peu folle. 

Un Pari réussi ! Son coup de cœur pour les Bouddhas colorés lui a permis de renaître. Un salon de thé, une boutique, une salle de réception… Un lieu calme et reposant qui lui permet d’exposer des Bouddhas géants dans le jardin et d'en commercialiser des  plus petits.

 Un message de "paix, de rassemblement et de création"

Des Bouddhas "Iki T." fabriqués en France, à Lyon.

Elle accueille aussi des collaborations avec des artistes qui transforment ces Bouddhas.

C’est le cas de « Gio ». L'artiste s'est découvert lui aussi une passion pour ses Bouddhas joufflus. Mais il apporte sa touche, il rajoute des collages, des graph inspirés du Street art et de Keith Haring. Ces Bouddhas deviennent alors très contemporains. Mais ils véhiculent selon lui toujours un message de "paix, de rassemblement et de création."

Après plus de 2500 ans d’histoire, Bouddha ne cesse d’être réinventé, renouvelé, recréé par les artistes. Une renaissance perpétuelle qui correspond… aux principes du bouddhisme.

Réagissez à l'émission avec #PointCult