L'application "carte vitale" sur smartphones et tablettes expérimentée à Nice

La carte vitale pourrait bientôt disparaître. Elle pourrait être remplacée par une application pour smartphone. Un nouveau procédé expérimenté en ce moment à Nice. 

La carte vitale pourrait être bientôt remplacée par une application pour smartphone
La carte vitale pourrait être bientôt remplacée par une application pour smartphone © Luc Nobout-Max PPP
Comme la feuille de soins, la carte vitale pourrait elle aussi disparaître. Elle serait remplacée par une application pour smartphone.

Un véritable gain de temps

Un médecin niçois fait partie des rares généralistes à expérimenter ce nouveau procédé. Un bienfait, selon lui, pour des patients, qui ont plus souvent tendance à oublier leur carte vitale que leur téléphone.

Ce logiciel va nous permettre d’être directement en contact avec la Sécurité sociale,

explique Rolland Touboul, médecin généraliste niçois.

Cela nous permettra de savoir si les droits du patient sont bien à jour. Et aussi de transférer les feuilles de soins électroniques sans passer par la carte vitale, ajoute-t-il.

L'arrivée des transmissions électroniques semble réjouir ceratins médecins comme celui-ci à Paris :

Un véritable gain d’argent

Grâce à un procédé informatique développé au Mans, finis les coûts de production et de mise à jour de la carte. Tout pourrait désormais passer par le téléphone, donc les informations seraient toujours à jour.

Cela va aussi permettre de faciliter le tiers payant,

nous dit Sébastien Bondu, directeur des systèmes d'information de la CPAM.

Comme les informations seront mises à jour, il n’y aura plus de rejet du tiers payant.


Carte vitale et feuilles de soins seront ainsi totalement dématérialisées. Un dispositif qui devrait être proposé à tous les assurés courant 2022.  Le décret, paru en mai 2019 au Journal officiel, prévoyait que cette application pour smartphones et tablettes soit testée "en complément de leur carte électronique individuelle".

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société internet économie technologies