Santé : de nouvelles méthodes pour traiter certains cancers au Centre Antoine Lacassagne de Nice

Le Centre Antoine Lacassagne de Nice / © P. Bertini/Max PPP
Le Centre Antoine Lacassagne de Nice / © P. Bertini/Max PPP

Aujourd'hui, il existe de nouvelles façons de traiter certains cancers dont certaines sont expérimentées au Centre Antoine Lacassagne de Nice. Désormais, les oncologues parviennent à analyser certaines tumeurs et à détecter les gènes à l’origine du cancer. 
 

Par Véronique Lupo

L’année dernière, Nelly était très mal en point. En cause : un cancer de l'utérus. Alors que la chimiothérapie traditionnelle ne fonctionnait pas, elle était devenue méconnaissable et avait terriblement maigri. Jusqu’au jour où le Centre Antoine Lacassagne de Nice lui propose de participer à un protocole d’étude.

C’est un miracle

nous confie-t-elle avec un grand sourire. "La médecine va de l’avant, c’est génial !"
Un miracle ? Pas vraiment. Car c’est avant tout le travail des biologistes et des cancérologues dont il s’agit. Parce que les cellules deviennent cancéreuses lorsqu’elles ont une anomalie génétique, les scientifiques ont décidé de détecter les gènes qu’il faut réparer, après avoir identifié des molécules 10 millions de fois plus petites qu’un millimètre.

On a franchi un pas grâce à la connaissance moléculaire,

nous dit Gerard Milano, responsable Laboratoire Onco-Pharmacologique Lacassagne Nice.

Ainsi on peut traiter l’anomalie génétique qui caractérise la tumeur.
 

Un traitement à la carte

Le traitement existe grâce à l’industrie pharmaceutique qui est arrivée à fabriquer un médicament pour combattre spécifiquement l’anomalie génétique du cancer de Nelly et pas celle d’un autre cancer. C’est un traitement à la carte et personnalisé.

Toujours rester vigilant

On répare les gènes d'un patient précis et on a compris que chaque tumeur avait ses propres caractéristiques. Pour valider l'expérience, il faut contrôler la taille et la  régression des tumeurs.
 

Une nouvelle caméra

Le Centre Antoine Lacassagne travaille avec  une  nouvelle camera  appelée TEP, une technique d'imagerie qui permet de reconstituer la répartition d'émetteurs bêta-plus fixés dans l'organisme.
Aujourd’hui, la  médecine progresse en étant portée par les techniques d'analyses et de contrôle. Mais le chemin est encore long car ces  techniques ne peuvent pas s'appliquer à tous les  types de cancer. Seules certaines tumeurs sont concernées.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus