• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Gilets jaunes : 500 manifestants à Nice, plus de 10 000 sur toute la France

Stoppés par les forces de l'ordre alors qu'ils tentaient de rejoindre la bataille de fleurs, certains gilets jaunes se sont spontanément agenouillés, en criant "Carnaval, aux Niçois !", le samedi 16 février / © Christelle Nicolas / France 3
Stoppés par les forces de l'ordre alors qu'ils tentaient de rejoindre la bataille de fleurs, certains gilets jaunes se sont spontanément agenouillés, en criant "Carnaval, aux Niçois !", le samedi 16 février / © Christelle Nicolas / France 3

Le quatorzième samedi de mobilisation des gilets jaunes a rassemblé plusieurs centaines de personnes à Nice ce 16 février après-midi. Le cortège a tenté de rejoindre les festivités du Carnaval de Nice, dont c'était le premier jour. En vain. La mobilisation se poursuit, partout en France.

Par Laurence Collet (avec AFP)

Partis de la gare Thiers en début d'après-midi, les gilets jaunes ont vu leur cortège s'étoffer jusqu'à 500 personnes ce samedi 16 février à Nice.

Les manifestants ont descendu l'avenue Jean-Médecin puis ont tenté de rejoindre les festivités du Carnaval. Les forces de l'ordre les en ont empêché. En signe de protestation, ils se sont agenouillés, mimant une interpellation de 150 lycéens qui avait fait polémique le 16 décembre dernier, à Mantes-la-Jolie.
Les manifestants niçois ont été bloqués une deuxième fois par la police alors qu'ils tentaient de rejoindre la bataille de fleurs, cette fois par la plage.
  • Plus de 10 000 manifestants en France
Au niveau national, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, la mobilisation de ce quatorzième samedi était en baisse par rapport à la semaine précédente. Quelque 10 200 "gilets jaunes" auraient manifesté sur le territoire, dont 3000 à Paris.
De nombreux gilets jaunes contestent les chiffres officiels.
Après trois mois de manifestations, si un début de lassitude se fait sentir dans l'opinion, la mobilisation persiste.
Dans la capitale, traditionnelle place forte de la contestation, plusieurs milliers de personnes qui s'était retrouvées place de l'Etoile ont descendu les Champs-Elysées avant de traverser la Seine en direction du boulevard des Invalides, a constaté un journaliste de l'AFP.
  • "Le grand débat national, on n'y croit pas" (Une manifestante à Paris)
"On a fait presque toutes les manifs. On voit bien que le service public se casse la gueule", a déclaré à l'AFP Marion, infirmière à La Courneuve (Seine-Saint-Denis),
qui qualifie de "poudre aux yeux" le grand débat lancé par Emmanuel Macron. "On n'y croit pas, on va pas y participer".
Sous un grand soleil, les manifestants défilaient dans le calme sur fond de slogans hostiles lancés aux forces de l'ordre encadrant le cortège : "Tout le monde déteste la police" ou "Castaner nique ta mère".
 "J'ai fait 12 des 14 actes. J'en peux plus de ce système pourri", a dit avant le départ du cortège Christophe, 44 ans, qui en veut pour preuve la récente nomination
d'Alain Juppé au Conseil constitutionnel alors qu'"il a été a été jugé et condamné".
  • L'Elysée et la place Beauvau avaient décrié le mouvement, cette semaine
"Les démonstrations de violence (NDLR : lors des manifestations) doivent cesser", a exhorté mercredi le chef de l'Etat Emmanuel Macron, dont les cortèges réclament régulièrement la démission. 
"Ce mouvement ne revendique plus rien", a estimé jeudi Christophe Castaner.
Le ministre de l'Intérieur s'est par ailleurs offusqué sur Twitter du sort réservé à Alain Finkielkraut qui a été pris à partie et victime d'insultes antisémites de certains manifestants ce samedi après-midi. Certains lui criaient "sale juif de m..." quand d'autres lui promettaient l' "enfer". Après avoir été favorable au mouvement gilets jaunes, le philosophe s'est récemment exprimé dans le Figaro, regrettant la tournure qu'il prenait.

 
Gilets jaunes bloqués par la police
Gilets jaunes à Nice

A lire aussi

Sur le même sujet

Dr Nathalie Tieulié ( 06 )

Les + Lus