Grèves, manifestations... Ce qui vous attend cette semaine sur la Côte d'Azur

Cette première semaine du mois d'avril s'annonce chargée socialement. Les syndicats prévoient plusieurs mouvements de grèves et manifestations dans différents secteurs.

Les syndicats ont décidé d'entamer ce mois d'avril sur les chapeaux de roue et cela commence dès aujourd'hui avec trois mouvements différents. 

Les enseignants à Nice

Grève nationale des enseignants ce mardi, ils disent "non au choc des savoirs, oui au choc des salaires". En intersyndicale, ils se mobilisent contre les groupes de niveaux annoncés par le ministère de l'Éducation et dénoncent "une école du tri social".

Une manifestation a débuté place Garibaldi ce mardi matin. On ne connaît pas encore le taux de gréviste, mais d'après la CGT, des écoles devraient être en service minimum. Cet appel à la grève a été lancé par le Snes-FSU, majoritaire dans les collèges et lycées, avec leurs collègues du SNEP-FSU (éducation physique et sportive), SUD Education, CGT éduc'action et FNEC-FP FO.

Les députés examineront ce jour un rapport qui étrille le financement de l'enseignement privé sous contrat et lui réclame davantage de transparence au risque de sanctions.

La Poste dans toute la région

Un préavis de grève a été déposé à La Poste. Ce sont les chargés de clientèle qui se mobilisent, donc pas d'impact sur la distribution des courriers. En revanche, des bureaux pourraient être fermés. Une manifestation est prévue à Marseille, des agents des Alpes-Maritimes et du Var ont prévu de s'y rendre. 

Les agents Enedis dans les Alpes-Maritimes

La CGT énergie appelle à la grève les agents Enedis dès ce mardi. Le syndicat exige des augmentations de salaire et invite les autres syndicats à joindre le mouvement. 

La protection de l'enfance et le médico-social jeudi

Les salariés et agents de la protection de l'enfance et du médico-social se mobiliseront eux jeudi avec un rassemblement prévu à 10 h, place Garibaldi toujours.

La CGT réclame de meilleures conditions de travail, des revalorisations de salaire et "une prise en charge [des accompagnés] digne de ce nom"