Jeux paralympiques 2022. Maxime Montaggioni représente la France en snowboard : "il ne faut jamais rien lâcher avant d'être arrivé"

Plus sur le thème :

Rencontre avec Maxime Montaggioni, snowboardeur vivant à Nice. Après avoir remporté l'or aux derniers Championnats du monde, il concourt aux Jeux paralympiques de Pékin les 7 et 12 mars.

Né à Marseille et vivant à Nice, Maxime Montaggioni affronte la concurrence internationale aux Jeux paralympique de Pékin. Écarté, il y a quatre ans, des Jeux de PyeongChang (Corée du Sud), à cause d'une blessure, le sportif azuréen est bien décidé à donner le meilleur de lui-même.

La médaille d'or, c'est l'objectif caché de tout sportif, mais le plus important ça va être de me donner à 100 %.

À 32 ans, il défend les couleurs françaises dans deux disciplines : le snowboard cross et le bank slalom, les 7 et 12 mars. 

Quintuple médaillé d'or

Loin du froid de la piste, c'est à Nice que nous avons rencontré il y a quelques jours Maxime Montaggioni, alors qu'il terminait de préparer ses bagages. 

En janvier, lors des championnats du monde à Lillehammer (Norvège) il a remporté deux fois l'or. Ce qui monte à 5, le nombre de médailles d'or remportées dans cette compétition.

Pourtant, pas d'excès de confiance chez le sportif azuréen. "Le raccourci, c'est de se dire que ça va être facile, mais je reste concentré sur moi. L'objectif, c'est de faire bien tout ce que je sais faire."

Coup de projecteur

Les Jeux paralympiques sont un véritable aboutissement, pour celui qui n'avait pu participer à ceux de 2018. 

"C'est la compétition ultime, il n'y a rien de plus stimulant : tous les pays s'affrontent."

Une compétition qui devrait donner davantage de visibilité au handisport, espère Maxime "Il faut nous suivre sur les réseaux sociaux, nous donner de la visibilité", s'amuse-t-il.

Né sans main et sans poignet, le sportif est persuadé du rôle du sport pour l'intégration des enfants en situation de handicap.

Dans le sport, seule la performance nous différencie. Ça m'a permis de trouver ma place à l'école, avec mes amis, c'est une des clefs de la socialisation des enfants qui ont des différences.

Maxime Montaggioni

"Dans le snowboard ce qui me plaît, c'est le sentiment de liberté, l'adrénaline, raconte Maxime Montaggioni qui vit de son sport depuis 5 ans. Au snowboard cross on part à 4 sur la ligne de départ, moi qui viens du Taekwondo, ça me rappelle le sport de combat."

Tout donner

Quand on lui demande sa devise, un grand sourire éclaire son visage "Il ne faut jamais rien lâcher avant d'être arrivé. Le travail ça ce remarque." 

Une opiniâtreté qui lui a permis de prendre la première place à quelques mètres de la ligne d'arrivée, lors de l'épreuve de snowboard cross aux Championnats du monde.

Je ne suis pas le plus grand technicien, mais j'ai un bon physique et, je pense, un bon mental. Ça me rend audacieux !

Professionnalisation 

Maxime Montaggioni reste humble et souligne que la concurrence peut aussi prétendre à la médaille. "Dans le handisport, tout le monde est en train de se professionnaliser car les fédérations mettent plus de moyens", analyse le sportif.  "Il va falloir se frayer une place au milieu de cette faune sauvage."

Revoyez ce portrait de lui réalisé en 2017 :

Les courses de Maxime Montaggioni auront lieu le 7 et le 12 mars entre 4h30 et 8h (heure française), à suivre en direct sur France TV.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité