Journée mondiale contre le cancer du poumon : le plus meurtrier des cancers parce qu’indolore

Publié le Mis à jour le

La Journée mondiale contre le cancer du poumon se déroule ce 1er août. Journée du cancer le plus répandu et le plus mortel au niveau mondial, meurtrier parce qu’indolore. Selon les pronostics, on pourrait arriver à 2,45 millions de morts par an d’ici 2030 ! Le cancer du poumon tue, chaque année, plus que les cancers du sein, du colon et de la prostate réunis.

Les chanteurs Alain Bashung et Johnny Halliday, la comédienne Anémone, le journaliste Jean-Pierre Pernaut… La liste des personnalités décédées d’un cancer du poumon s’allonge. Rien d’étonnant. C’est Le cancer le plus meurtrier avec 1,8 million de décès dans le monde en 2020.

Pour la France, le chiffre est de plus de 33.000 décès en 2018 alors que cette même année, plus de 46.000 nouveaux cas étaient signalés.

Quant au chanteur Florent Pagny, ainsi qu’il l’a annoncé le 25 janvier dernier il est, lui, en traitement et se bat toujours…

Comme dans cette vidéo publiée en mai dernier :

Ces personnalités donnent une visibilité plus forte à une maladie qui a le redoutable "inconvénient" d'être extrêmement sournoise. Cette forme de cancer reste, en effet, longtemps indolore jusqu'à ce qu'il soit, souvent, trop tard.... 

Dans le cas de l’interprète de « Savoir aimer » qui se dit être passé, depuis l’annonce de sa maladie, de l’accablement au « mode guerrier », ce sont quelques symptômes particuliers qui l’ont amené à aller consulter début janvier. Il avait confié avoir ressenti "une fatigue immense et soudaine, une sensation d’étouffer additionnée à une toux qui ne passe pas" …  

Les médecins notent, quant à eux, des changements de voix, des infections bronchiques récurrentes, des douleurs dans la poitrine et les bras, des crachats de sang, une perte de poids et/ou d'appétit, une difficulté à avaler, etc.

Les causes d’un cancer en constante progression chez les femmes

Le tabac est responsable de près de 85% des cancers du poumon. Idem pour l’usage régulier du cannabis qui est un facteur à risque, la fumée de ce dernier contenant 4 fois plus de goudron que celle du tabac.  

A savoir : la durée de l’exposition au tabac est 4 fois plus déterminante que la quantité de cigarettes fumées.    

15% des patients atteints d’un cancer du poumon peuvent l’être à cause du tabagisme passif. Mais également à cause de la pollution, notamment au diesel.

L’exposition au radon, à l’amiante, à l’arsenic, au nickel, au goudron présente, elle aussi,  un risque accru de développer un cancer du poumon.

L’existence de gêne prédisposant à ce type de cancer est envisagée mais n’a toujours pas été démontré à ce jour.

Quant aux femmes, l’évolution de ce type de cancer pose question. Alors que chez l’homme, l’incidence de ce cancer est stable, voire en légère régression, tous les marqueurs sont à la hausse, depuis 1990, chez les femmes.  En cause : l’augmentation de la consommation tabagique. 

Les traitements possibles

Une fois le diagnostic établi, plusieurs possibilités de traitement s’offrent au patient déjà en stade métastatique :

  • La chirurgie d’exérèse (d’enlèvement) de la totalité de la tumeur pulmonaire. Cependant, environ 50% des patients qui sont opérés vont récidiver dans un délai de 1 à 5 ans et mourront de l’évolution de leur cancer. Mais plus on détecte précocement la tumeur, plus elle est de petite taille et moins elle va récidiver.
  • des traitements avant et après chirurgie (néo adjuvant ou adjuvant) se développent de plus en plus actuellement.

«On encadre la chirurgie avec ces traitements médicamenteux car ils réduisent les cas de récidive, après chirurgie. Il y a l’immunothérapie (avec ou sans chimiothérapie associée) et la thérapie ciblée, notamment sur un gène nommé EGFR atteint d’anomalie moléculaire ou de mutations

explique le Professeur Paul Hofman, chef de service du laboratoire de pathologie clinique et moléculaire de l’Hôpital Pasteur à Nice.

« Une biopsie tissulaire de la tumeur et parfois une prise de sang permettent de savoir si ce gène a muté et les traitements dits ciblés seront alors donnés sur ces mutations. C’est révolutionnaire car ça augmente les chances de survie du patient et l’absence de récidive post opératoire. C’est très récent, à peine plus d’1 an. Auparavant ce traitement ciblé était réservé aux stades métastatiques

Dans les stades métastatiques ou avancés, non opérables

  • Le traitement classique, chimio + radiothérapie qui permet dans 5 à 10% des cas une survie à 5 ans
  • Le traitement immunothérapie seule ou 40% des patients sont toujours en vie après 5 ans (parfois plus) mais, seuls 30% des tumeurs peuvent en bénéficier. Le but est de détruire la tumeur avec des anticorps spécifiques.
  • Le traitement thérapie ciblée seule ou 15% des patients sont toujours en vie une dizaine d’années plus tard. Seulement les patients présentant certaines altérations moléculaires peuvent toutefois bénéficier de ces thérapeutiques ciblées
  • L’association immunothérapie + chimio ou 30% des patients sont toujours en vie 5 ans plus tard. Parfois plus.

La prévention: ça existe ! 

Souvent découvert tardivement, le cancer du poumon est un cancer avec un mauvais pronostic de survie.

Le Professeur Charles-Hugo Marquette, chef du service pneumologie et de cancérologie CHU de Nice, l’affirme, les cibles existent : « Le dépistage est justifié dès 55 ans chez les fumeurs, ou ex fumeurs, qui ont fumé au moins pendant 20 ans. »

Le dépistage précoce permet d’établir un diagnostic plus tôt et donc de faire la différence en augmentant les chances de guérison.

Pour l’instant, ce dépistage qui passe par l’examen de scanner thoracique basse dose n’est pas remboursé par l’Assurance maladie.

Mais les choses évoluent.

« Sous l’égide de l’Institut National du Cancer, un nombre d’études pilotes va être lancé courant 2023. La région Sud fera partie de ces régions pilotes par le biais du Canceropôle PACA . Les demandes des équipes niçoises et marseillaises sont soutenues par les Autorités de Santé (ARS) et les autorités politiques. A Nice, cela se traduira par le lancement d’une étude via le CHU, nommée Da Capo, qui démarrera au début de 2023. »

Le Congrès mondial du cancer du poumon commence ce samedi 6 août 2022 en Autriche. De nombreux nouveaux traitements y seront annoncés.

Cela donne beaucoup plus d'espoir qu'il y a une quinzaine d'années. Il y a un tel arsenal thérapeutique, l’évolution est si avancée que bientôt le cancer du poumon deviendra quasiment une maladie chronique.

Les  plages sans tabac pour cet été

La Ligue contre le Cancer communique sur les Espaces sans tabac.

Sur la Côte d'Azur, deux plages labellisées sans tabac ont vu le jour une à Menton (la plage des Sablettes, le 1er juillet) et la 2nde à Cagnes-sur-Mer.

A Nice, il  y a 5 plages sans tabac : la plage de Sainte Hélène, la plage  en face du CUM, la plage du Centenaire, celle de Lenval et les Bains militaires.