Adoptée en conseil municipal, la démolition du Théâtre national de Nice, qualifié d’"atrocité architecturale" par Christian Estrosi

Publié le Mis à jour le

Le processus de destruction du bâtiment abritant le Théâtre national de Nice (le TNN) se poursuit avec un vote en conseil municipal. La polémique aussi.

"Atrocité architecturale", "espèce de machin en béton" : le maire de Nice, Christian Estrosi, ne peut manifestement plus voir en peinture le bâtiment du Théâtre national de Nice !

A l’occasion d’une délibération "formelle", devant acter en conseil municipal ce vendredi 10 décembre, "la désaffectation, le déclassement et la démolition" du bâtiment, le projet de raser le TNN, approuvé le 2 décembre par la ministre de la culture Roseline Bachelot-Narquin, a de nouveau divisé l’assemblée.

"Folie"

"Comment pouvez-vous laisser faire cette folie ?" demande Juliette Chesnel. L'élue écologiste affirme que le projet est "plus cher que le budget nécessaire à la rénovation du TNN actuel", et qu'en guise de prolongement de la Promenade du Paillon on n'aura qu'un "bout de verdure sur la dalle de béton" du parking qui sera conservé...

Réplique du maire de Nice : le bâtiment du TNN est "un îlot de chaleur" qui produit "1700 tonnes de co2 par an", en lieu et place duquel il prévoit de faire de planter "1500 arbres".

Depuis plusieurs mois, la fille de l'architecte, Martine Bayard s'oppose elle aussi à la destruction de l'oeuvre installée au coeur de la ville. 

"Incohérence"

"Notre groupe s’oppose au principe de la démolition car prolongement coulée peut se faire en conservant le TNN, construit en même temps que le Mamac (Musée d'art moderne et d'art contemporain), que vous n’envisagez d'ailleurs pas de démolir," attaque l'élue RN Geneviève Pozzo di Borgo. Et d'ajouter : "il y a là une incohérence".

Sa demande de "sursoir à la démolition jusqu’à la réception des trois sites, en 2023" ne sera pas acceptée. Car selon Patrick Mottard, conseiller municipal en charge "du spectacle vivant", le Théâtre de Nice pourra continuer à fonctionner durant période de transition avec le site des Franciscains (300 places, ouvert dès mars 2022), le théâtre éphémère "la cuisine" (600 places accessibles en mars également) et la salle Iconic (500 places) qui sera livrée en janvier 2023.

Quatre nouveaux sites de substitution

Quatre nouveaux sites de substitution vont aussi compléter cette offre : l’opéra de Nice, le théâtre Francis Gag, le théâtre Lino Ventura, le forum Nice-Nord.

Selon l'élu, "même après réception de la grande salle de 800 places au palais des expositions, je suis certains que Muriel Mayette-Holtz voudra continuer cette aventure du théâtre dans la ville !"

La dernière représentation dans l'actuel TNN, salle Pierre Brasseur, est programmée le 8 janvier prochain.