Le corps du Français Hervé Gourdel, enlevé puis décapité fin septembre par des jihadistes algériens, sera rapatrié ce lundi en France, 12 jours après sa découverte en Kabylie, a annoncé le porte-parole du Quai d'Orsay. La dépouille du guide de haute montagne sera rapatriée vers 13H30.

Une cérémonie devrait être organisée au pavillon de réception de l'aéroport, ont précisé des sources aéroportuaires.

"La France remercie les autorités algériennes qui ont permis de retrouver la dépouille de notre compatriote et de l'identifier avec certitude, en étroite coopération avec les services spécialisés français. La France salue l'excellente coopération avec les autorités algériennes depuis l'assassinat d'Hervé Gourdel qui a endeuillé la nation tout entière", a poursuivi le communiqué.


Alors que le chef de la diplomatie Laurent Fabius a accueilli dimanche soir à l'aéroport militaire de Villacoublay près de Paris une ex-otage française retenue cinq jours en Centrafrique, le ministère n'a pas précisé si lui-même ou un membre du gouvernement accueillerait la dépouille.

Deux médecins légistes français et la soeur de Hervé Gourdel, enlevé le 21 septembre au coeur du massif du Djurdjura où il était allé faire de
la randonnée, se sont rendus en Algérie pour confirmer son identification,
a indiqué une source proche du dossier en Algérie.

Des tests génétiques ont confirmé que le corps exhumé en Kabylie était bien celui d'Hervé Gourdel, les médecins légistes ayant comparé l'ADN du touriste français à celui de sa soeur. Le transfert de la dépouille nécessite la délivrance d'un acte de décès mentionnant la date de sa mort, que les médecins légistes sont parvenus à déterminer, a ajouté la source, sans plus de précision.

Hervé Gourdel, âgé de 55 ans et originaire du sud de la France, avait été enlevé par le groupe armé Jund al-Khilafa, qui a affirmé l'avoir exécuté en représailles à l'engagement de la France aux côtés des Etats-Unis dans les frappes contre le groupe Etat islamique en Irak.

Arrivé en Algérie le 19 septembre pour faire du trekking dans le massif du Djurdjura, il avait été enlevé deux jours plus tard près du sommet Lala Khedidja. Les cinq compagnons algériens avec qui il se trouvait avaient été relâchés après 14 heures  de séquestration.

L'armée algérienne, qui avait mobilisé 3.000 soldats, a retrouvé le corps et la tête d'Hervé Gourdel le 15 janvier, enterrés séparément dans une forêt de chênes et d'oliviers tout près du village Takheldjit, à une vingtaine de km du lieu de son enlèvement. 

Sa dépouille a été découverte sur les indications d'un jihadiste capturé par l'armée, selon les informations officielles.
(Avec AFP)