Le télescope Gaia sera capable de distinguer un cheveu à 700 km de distance

© D. DUCROS / ESA / AFP
© D. DUCROS / ESA / AFP

Une fusée Soyouz emportant le télescope spatial européen Gaia a décollé jeudi matin du Centre spatial guyanais à Kourou,  La retransmission a été commentée par des chercheurs à l'Observatoire de la Côte d'Azur de Nice. Gaia sera capable de distinguer un cheveu à 700 km de distance.

Par Olivier Le Creurer

Le télescope européen Gaia, dont la mission est de cartographier en 3D la Voie lactée, a été lancé avec succès jeudi matin par une fusée Soyouz depuis le Centre spatial guyanais à Kourou, a annoncé Arianespace, lors d'une retransmission diffusée via internet. Le lanceur avait décollé à 9H12 GMT (06H12 heure de Guyane, 10h12 heure de Paris).


Mesurer la distance d'un milliard d'étoiles

Le satellite Gaia, qui mesurera avec une précision inégalée la distance d'un milliard d'étoiles de notre galaxie, s'est séparé de l'étage supérieur de la fusée après 41 minutes et 59 secondes de vol.
Après la séparation, Gaia, fabriqué par Astrium pour le compte de l'Agence spatiale européenne (ESA), doit encore effectuer "une séquence automatisée critique", selon l'ESA. Elle comprend notamment le déploiement de sa jupe pare-soleil, une étape qualifiée de "très délicate", par Dave Milligan, responsable des opérations pour Gaia à l'ESA.
Si tout va bien, Gaia sera positionné à environ 1,5 million de kilomètres de la Terre, sur un emplacement privilégié, le point de Lagrange 2.
Ce contenu n'est plus disponible

Mission de cinq ans

Sa mission doit durer cinq années au total - voire six - pendant lesquelles le satellite localisera un milliard d'étoiles, chacune étant observée environ 70 fois. Plus de 99% d'entre elles n'ont jamais vu leur distance mesurée avec précision. La précision des mesures atteindra 7 microsecondes d'arc (l'arc est une sous-unité du degré) pour les étoiles les plus brillantes. C'est-à-dire que Gaia serait capable de distinguer un cheveu à 700 km de distance, grâce notamment à son plan focal gigantesque d'un milliard de pixels.

La retransmission a été commentée par des chercheurs de l'unité de recherche Lagrange de l'Observatoire de la Côte d'Azur  impliqués dans ce fascinant projet. Ils y travaillent depuis 15 ans. 
DMCloud:138991
Télescope Gaia
Reportage : C. Lioult, H. Nicolas et L. Buyse
Intervenants:
  • Vanessa Hill Directrice adjointe laboratoire Lagrange - Observatoire de Nice
  • Marco Delbo Chargé de recherche CNRS physique des astéroïdes

Sur le même sujet

Les + Lus