Levée anticipée du confinement : Matignon corrige Christian Estrosi

Le maire de Nice Christian Estrosi a affirmé vendredi soir sur France 3 Côte d'Azur : "Jean Castex s'est engagé, à ma demande, si nous passons sous la barre des 400, à déconfiner". Matignon dément.

Chrisitan Estrosi sur le plateau de France 3 Côte d'Azur.
Chrisitan Estrosi sur le plateau de France 3 Côte d'Azur. © France Télévisions

En ce premier weekend de confinement, le taux d'incidence des Alpes-Maritimes est de 418. Il s'agit du nombre de cas positifs au Covid sur 7 jours pour 100 000 habitants.

Le maire de Nice avait annoncé il y a deux jours qu'il avait demandé au Premier ministre de lever le confinement si le taux d'incidence descendait en dessous de la barre des 400. 

Invité du journal de France 3 Côte d'Azur vendredi soir, Christian Estrosi a affirmé avoir eu une réponse de Matignon : ""Jean Castex s'est engagé, à ma demande, si nous passons sous la barre des 400, à déconfiner".

Nous avons contacté Matignon ce samedi 20 mars, les services du Premier ministre démentent cette affirmation : "Non le Premier ministre n’a pris aucun engagement qui viendrait désactiver mécaniquement les mesures de freinage de l’épidémie si le taux d’incidence venait à repasser sous les 400."
Matignon indique rester vigilant sur le taux d'incidence mais également sur l'ensemble des indicateurs sanitaires comme la tension hospitalière.
 

Christian Estrosi invité du journal de France 3 Côte d'Azur le 19 mars

Une levée du confinement toujours possible

Jointe par téléphone ce samedi, la cheffe de cabinet de Christian Estrosi maintient les affirmations du maire de Nice. "Christian Estrosi a bien eu Jean Castex au téléphone à ce sujet". Elle s'étonne de la réponse des services du Premier ministre : "on marche sur la tête".

De son côté, l'Elysée évoque ce samedi à France 3 Côte d'Azur un possible déconfinement anticipé si tous les voyants sont au vert : "C'est un ensemble qui prend en compte une possible levée du confinement".
Pas question de déconfiner pour l'instant, pas d'évocation d'une "barre des 400", les services de la présidence feront un point d'étape dans deux semaines.

La barre des 400

Le gouvernement considère qu'un taux d'incidence de 250 représente le seuil "d'alerte maximale". De nombreux départements confinés depuis ce samedi se situent en dessous de la barre des 400 évoquée par Christian Estrosi. À titre de comparaison dans le Nord, département également confiné où se situe la ville de Dunkerque, le taux d'incidence est de 392.
Il reste très élevé dans d'autres départements avec 545 dans le Val d'Oise et de 513 en Seine-Saint-Denis. 

Ce troisième confinement devrait donc durer 4 semaines, comme prévu par le gouvernement, sauf nette amélioration de la situation sanitaire dans les zones concernées.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement santé société covid-19