Mission Dart de la Nasa. Selon des chercheurs de Nice : "en comprenant les astéroïdes, on peut affiner notre défense"

Publié le
Écrit par Agathe Tournoux
Pour protéger l'humanité, la Nasa tente de dévier la trajectoire d'un astéroïde
Pour protéger l'humanité, la Nasa tente de dévier la trajectoire d'un astéroïde © HANDOUT / NASA / AFP

Dans la nuit du mardi 23 novembre, le satellite de la mission DART de la NASA a décollé de Californie. Il aura pour mission de frapper la lune d'un astéroïde afin de modifier sa trajectoire. Un dispositif de défense planétaire. Les chercheurs de l'Observatoire de Nice donnent leur avis.

L'espace est composé de milliers d'astéroïdes, plus ou moins gros, qui tournent autour de la Terre.

L'un d'entre eux fût à l'origine de l'extinction des dinosaures. Un scénario catastrophe que des scientifiques cherchent à éviter avec la mission AIDA, Asteroïd Impact & Deflection Assessment. Une collaboration internationale entre la NASA et l'ESA, l'Agence spatiale européenne.

Première étape, le lancement du satellite DART qui marquera le début de la constitution d'un dispositif de défense planétaire. 

Changer la trajectoire de l'astéroïde

Si de nombreuses possibilités ont été évoquées pour protéger notre planète d'un astéroïde, c'est celle du changement de trajectoire qui a été retenue avec pour première destination le système double, à 11 millions de kilomètres de la Terre, de Didymos et de sa lune Dimorphos.

Le satellite DART viendra frapper cette dernière, à l'automne 2022. Relativement petits et proches de la Terre, ces deux astéroïdes présentent l'avantage de ne présenter aucune menace pour la planète, les scientifiques pourront ainsi observer sans danger l'impact de DART et Dimorphos.

L'idée à la base, c’est la démonstration technique. Savoir que théoriquement, on a la possibilité de dévier un acte potentiellement dangereux. C'est une première, on ne sait pas du tout le résultat !

Paolo Tanga, directeur adjoint laboratoire Lagrange, observatoire de Côte d'Azur.

L'observatoire de la Côte d'Azur sélectionné pour la 2e étape de la mission AIDA

Le dispositif de défense planétaire n'en est encore qu'aux prémisses.

La mission "kamikaze" DART sera suivie de celle de l'Agence spatiale européenne nommée HERA (lien en anglais), qui devrait être lancée en 2024.

À la pointe de l'observation des astéroïdes, c'est naturellement que l'Observatoire de la Côte d'Azur et l'équipe de Patrick Michel ont été sélectionnés pour mener à bien ce projet. 

Ce programme aura pour but d'observer les conséquences de l'impact sur le long terme mais aussi de la composition de l'astéroïde et de son comportement.

"Il y aura des caméras à bord, mais aussi des petits satellites qui serviront pour faire des calculs. C'est important d'y aller quelques années plus tard pour voir les effets sur le long terme," précise l'astronome, Paolo Tanga. 

C'est en comprenant mieux les astéroïdes, que l'on pourra affiner nos techniques de défense. Nous allons aussi en profiter pour tester des nouvelles techniques de navigation. 

Paolo Tanga, directeur adjoint laboratoire Lagrange.

Au moment de son lancement en 2024, Didymos et de sa lune Dimorphos seront plus éloignés de notre planète. HERA devrait donc arriver à destination fin 2026 début 2027. 

Si les scientifiques s'activent dès à présent sur la question de la défense planétaire, ils se veulent rassurants : "Il n'y a aucun objet connu qui nous menace pour le prochain siècle au moins", assure Patrick Michel de l'Observatoire de la Côte d'Azur, à FranceInfo. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.