Nice - Apprendre la communication non sexiste aux étudiants: “les stéréotypes sont partout, il faut saisir leur pouvoir”

L'association Coordination française pour la marche mondiale des femmes dénonce la ''banalisation du sexisme, de la violence conjugale et du viol'' contenue dans cette publicité. / © LAURENT THEILLET / MAXPPP
L'association Coordination française pour la marche mondiale des femmes dénonce la ''banalisation du sexisme, de la violence conjugale et du viol'' contenue dans cette publicité. / © LAURENT THEILLET / MAXPPP

Communiquer de façon non sexiste n'a rien d'une évidence. Pour aider les étudiants en communication et journalisme de l'université de Nice, l'agence de conseil et de formation Alter Egaux donne des ateliers, auxquels les élèves sont réceptifs. 

Par Sophie Maréchal avec June Raclet

"Qui pense avoir déjà été sexiste au moins une fois dans sa vie ?" Dans la salle de l'IUT de journalisme et de communication de l'Université Nice Côte d'Azur, mercredi 5 mars, tous les étudiants lèvent la main.

"Les stéréotypes sont partout. L’important, c’est que les futurs communicants saisissent le pouvoir qu’ils ont sur les mots et les images, le pouvoir de transformer la société pour plus d'égalité entre les femmes et les hommes", explique Angela Brunschwig, responsable des politiques éducatives chez Alter égaux, une agence de conseil et de formation qui intervient auprès des étudiants du département depuis deux ans.


Prendre conscience de sa responsabilité

Faire prendre conscience aux jeunes de leur responsabilité, en tant que futurs communicants ou futurs journalistes, lorsqu'ils véhiculent une certaine image de la société, n'est pas une mince affaire. 

Dès le début de l'atelier, le constat est posé par les intervenants d'Alter égaux : de nombreuses publicités et campagnes de communication sont sexistes et donnent une image stéréotypée des femmes, comme le montre ce clip réalisé par le ministère des Droits des femmes en 2016 :  
 

Et les élèves se montrent réceptifs. "Je vais veiller à mieux m’exprimer et à utiliser de meilleures formules parce que tout ce qu’on dit ça a une influence", assure Peppo.


99% des femmes déjà victimes de sexisme

"Je pense que communiquer de manière non sexiste est assez compliqué, parce que c’est quelque chose qui est entré dans les mœurs, soupire Cassandra. Ca demande un effort, mais c’est quelque chose qu’il faut faire, c’est important."

Malgré les bonnes intentions, rien n'est encore gagné. En 2019, 99% des femmes ont déclaré avoir été victimes d'un acte ou d'un commentaire sexiste.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus