Port de Nice : le mystère de la pollution du bassin de la Tour Rouge élucidé

Un chantier de construction a été pris en flagrant délit. Ses eaux résiduelles étaient déversées directement dans le réseau d'eaux pluviales et aboutissaient depuis plusieurs semaines dans le port de Nice.

Des rejets suspects arrivant dans le bassin de la Tour Rouge, dans le port de Nice. C'est l'association Depth's Guards qui a alerté les services de la Métropole pour trouver l'origine de cette pollution.
Des rejets suspects arrivant dans le bassin de la Tour Rouge, dans le port de Nice. C'est l'association Depth's Guards qui a alerté les services de la Métropole pour trouver l'origine de cette pollution. © Depth's Guards

C'est l'association Depth's Guards qui a donné l'alerte. Cette ONG, spécialisée dans la réhabilitation des écosystèmes aquatiques et la lutte contre les destructions des fonds marins, a posté sur sa page Facebook la vidéo d'intriguants rejets aboutissant dans le bassin de la Tour Rouge, entre les bâteaux à Nice :

Son directeur Manuel Dietrich, qui travaille sur le port de Nice, a fait ce constat dès le mois d'avril : des remous opaques, sortant d'un conduit de récupération d'eau de pluie... D'autres riverains, et notamment des membres du club de plongée implanté là, ont ensuite observé la même chose, parfois plusieurs fois par jour.

La pollution au coeur du port de Nice, le jour-même du flagrant délit du chantier déversant ses eaux résiduelles dans le réseau d'eaux pluviales (19 juin).
La pollution au coeur du port de Nice, le jour-même du flagrant délit du chantier déversant ses eaux résiduelles dans le réseau d'eaux pluviales (19 juin). © Manuel Dietrich, Depth's Guards.

Manuel Dietrich a donc alerté le service Assainissement de la Métropole. Avec la Police municipale, ses agents sont restés en veille plusieurs jours, jusqu'à ce que de nouveaux rejets leur permettent de remonter à la source : un chantier de construction situé en amont, dans la ruelle Saint Roch, a été pris en flagrant délit. Ses eaux résiduelles étaient rejetées directement dans le réseau des eaux pluviales, comme le montrent ces photos prises sur place :

Des tuyaux d'évacuation directement dans la bouche d'évacuation des eaux de pluies : l'entreprise a été prise en flagrant délit.
Des tuyaux d'évacuation directement dans la bouche d'évacuation des eaux de pluies : l'entreprise a été prise en flagrant délit. © Métropole Nice Côte d'Azur
Une fois la plaque relevée, on voit clairement les tuyaux d'évacuation des eaux usées dans le réseau d'eau pluviale. C'est interdit !
Une fois la plaque relevée, on voit clairement les tuyaux d'évacuation des eaux usées dans le réseau d'eau pluviale. C'est interdit ! © Métropole Nice Côte d'Azur

Ce type d'acte d'incivisme constitue un délit au titre de l’article L216-6 du Code de l’Environnement. Il est passible d’une amende d’un montant maximal de 112 500 euros. Un procès-verbal a été dressé et des poursuites seront engagées.

L'association Depth's Guards a mis en place un réseau baptisé Alerte Agression Faune Flore, qui permet à chacun de signaler tout objet abandonné, et toute atteinte à l'écosystème méditerranéen : l'adresse mail est 2a2f@depthsguards.org.

Ses plongeurs bénévoles ont ainsi mené il y a quelques jours une opération au large de Cannes pour un énorme filet de pêche abandonné.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement économie écologie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter