• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Nice : l'arrêté interdisant toute manifestation des “gilets jaunes” publié ce jeudi 21 mars

Les "gilets jaunes" manifestent sur la Promenade des Anglais le 2 décembre 2018, dans le calme. / © Aline Métais - France 3 Côte d'Azur
Les "gilets jaunes" manifestent sur la Promenade des Anglais le 2 décembre 2018, dans le calme. / © Aline Métais - France 3 Côte d'Azur

Le maire de Nice ne voulait pas du rassemblement national des "gilets jaunes". Il a obtenu du ministère de l'Intérieur l'interdiction de cette manifestation prévue pour ce samedi 23 mars. Ce week-end, Emmanuel Macron et le président chinois ont prévu une rencontre au sommet à Beaulieu-sur-Mer. 
 

Par Aline Métais

Il faudra encore patienter un peu pour connaître le périmètre exact des rues et quartiers interdits aux "gilets jaunes" pour la manifesation nationale. La préfecture doit communiquer cet arrêté préfectoral dans la matinée. Les détails sont en train de se régler entre la mairie de Nice, la préfecture des Alpes-Maritimes et le ministère de l'Intérieur à Paris.

La préfecture des Alpes-Maritimes devait l'annoncer mercredi soir :  "L'arrêté préfectoral portant interdiction de #manifester sur la voie publique sur un périmètre défini sur le territoire de la commune de Nice sera publié dans la soirée de ce mercredi 20 mars 2019."
 


En attendant, le bras de fer continue entre le maire de Nice et les manifestants. Les "gilets jaunes" maintiennent leur appel à manifester, comme le montre ce tweet des étudiants (es) solidaires de Nice : 
 






Christian Estrosi demande des mesures


Des centaines de "gilets jaunes" ce week-end sur la Promenade des Anglais ? Inconcevable pour le maire de Nice. "Après le chaos de Paris", Christian Estrosi (LR),
a demandé mardi au gouvernement d'interdire un rassemblement annoncé sur les réseaux sociaux par des "gilets jaunes". Une interdiction qu'il aurait obtenue en fin de matinée et annoncée sur son compte twitter : 
 

Actuellement, le ministère de l'Intérieur et les services de l'état sont en train de préparer l'arrêté préfectoral. Selon le ministère de l'intérieur, Christophe Castaner a confirmé avoir eu Christian Estrosi au téléphone à ce sujet. Voici l'intervention du ministre chez nos confrères de La Chaîne Parlementaire : 

Notre réponse est claire, c'est celle de la fermeté, elle s'imposera partout.

 


Un périmètre de sécurité sera défini par les services de la Préfecture des Alpes-Maritimes. La zone concernée par l'interdiction de manifester peut être une zone restreinte ou la totalité du département. 

Appel national


Ce rassemblement aurait lieu à Nice samedi et dimanche, dans le cadre d'un appel national. Le maire de Nice précise s'être entretenu mardi soir avec le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur. Il affirme que "sa demande va être examinée". Chez nos confrères de BFM, le maire de Nice a rappelé que les manifestations s'étaient bien passées à Nice. Mais la venue des "gilets jaunes" qui se comporteraient violemment est "inacceptable", il a précisé : 

Le droit de manifester c'est un droit, le droit de casser c'est un délit (...) ça suffit !

 


Christian Estrosi a également expliqué que le préfet des Alpes-Maritimes était en train de définir un périmètre de sécurité. Le maire de Nice souhaite que ce dispositif soit "dissuasif" et que ces mesures policières s'accompagnent également de sanctions judiciaires comme l'explique le reportage de Jean-Chritophe Routhier et Benoit Loth :
 
 

Rencontre au sommet



Un rassemblement annoncé sur les réseaux sociaux qui tient compte du calendrier du chef de l'état. Emmanuel Macron et le président chinois Xi Jinping ont prévu de se rencontrer à Beaulieu-sur-Mer ce week-end. Xi Jinping doit séjourner avec son épouse au Negresco, sur la Promenade des Anglais. Une rencontre au sommet déjà sous haute sécurité.
 


Lundi, Edouard Philippe avait annoncé l'interdiction de manifester "chaque fois qu'il le faudra" (...) dès lors que nous aurons connaissance d'éléments ultras et de leur volonté de casser". Un langage de fermeté après un week-end de dégradations et de violences sur les Champs-Elysées.

    
Pour le 19ème épisode du mouvement des "Gilets jaunes", samedi, plusieurs "appels nationaux" ont aussi été lancés à Toulouse ou Montpellier.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Estrosi, périmètre de sécurité à Nice

Les + Lus

Les + Partagés