Cet article date de plus de 3 ans

A Nice, la justice désavoue le préfet et suspend le renvoi de migrants mineurs en Italie

Le tribunal administratif de Nice a donné tort au préfet et suspendu vendredi 23 février le refus d'entrée en France de 19 mineurs africains non accompagnés, dont le renvoi en Italie était contesté par 23 associations ou églises. 
Georges-François Leclerc, préfet des Alpes-Maritimes (Archives)
Georges-François Leclerc, préfet des Alpes-Maritimes (Archives) © Maxppp
Le tribunal administratif de Nice a une nouvelle fois débouté le préfet des Alpes-Maritimes. Lors de l'audience du 21 février, Georges-François Leclerc était pourtant venu en personne à la barre défendre la décision de la police aux frontières de renvoyer aussitôt à Vintimille ces migrants mineurs, arrivés à la gare de Menton le week-end dernier.
Statuant en référé, le juge administratif a ordonné vendredi 23 février que la décision refusant leur entrée sur le territoire français et prévoyant leur réacheminement vers l'Italie soit "suspendue".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants société immigration