• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Nice : Non au stationnement anarchique des deux roues

Face aux stationnements anarchiques des deux roues, la ville distribue des tracts pour les avertir de la peine encourue : jusqu'à 750 euros d'amende / © M. Bernouin
Face aux stationnements anarchiques des deux roues, la ville distribue des tracts pour les avertir de la peine encourue : jusqu'à 750 euros d'amende / © M. Bernouin

Ils gênent parfois le passage des poussettes, des piétons ou des personnes à mobilité réduite. Garés n’importe comment sur les trottoirs, les deux roues peuvent être très envahissants. C’est pourquoi la mairie mène une campagne de prévention à leur encontre. 

Par Véronique Lupo

Vous l'avez peut-être déjà trouvé sur votre scooter ou votre moto garé sur le trottoir : le tract de la ville de Nice qui vous montre combien vous êtes mal garé à tels point que vous gênez la circulation des piétons. Une grande campagne de prévention qui précède l'arrivée des PV.

Face à tous ces scooters garés sur les trottoirs, la mairie a décidé de durcir le ton.
Elle reconnait la pénurie de places de stationnement pour les deux roues et annonce la création de 700 nouvelles places pour les motos et scooters, ainsi que 1.300 autres pour les vélos.

Nous verbalisons à chaque fois qu'il y a des places de stationnement pour les deux roues nous dit Gaël Nofri, Conseiller municipal délégué au stationnement.
 


Plus de 500 places de stationnement ont été créees ces deux dernières années. Au total, 10.000 places gratuites sont disponibles sur l'ensemble de la commune.

Les contrevenants qui obstruent le passage des piétons, des poussettes ou des fauteuils roulants s'exposent à des amendes allant de 35 à 135 euros.  

Avant de sévir, la municipalité préfère prévenir

La ville déjà diffusé 3500 tracts qui interpellent les conducteurs irrespectueux avec cette phrase bien connue sur les réseaux sociaux : « Je me gare vraiment comme un… » A vous de compléter.

A lire aussi

Sur le même sujet

Christian Carrère, psychiatre addictologue

Les + Lus