On en sait plus sur l'offre de rachat formulée par le propriétaire de l'OGC Nice pour Manchester United

Dans quelques jours, le propriétaire de l'OGC Nice pourrait avoir fort à faire de l'autre côté de la Manche. Candidat au rachat de l'un des plus grands clubs de football au monde, Manchester United, Jim Ractliffe fait partie des deux finalistes, ce qui pourrait poser un problème au club de la Côte d'Azur.

Une finale Qatar-Angleterre pour le rachat de Manchester United. D'un côté, le propriétaire du groupe pétrochimique Ineos et des clubs de football de Lausanne, en Suisse, et de Nice; Jim Ratcliffe, et de l'autre le président de la Qatar Islamic Bank (QIB), le cheikh Jassim Bin Hamad Al Thani.

Deux fortunes colossales qui s'affrontent pour racheter l'un des clubs de football les plus réputés de la planète : les Red Devils. Le pensionnaire de Premier League, le championnat anglais, est à vendre, et cela pourrait bien changer l'avenir de l'OGC Nice.

Un problème en compétition européenne

Jim Ratcliffe ne peut déjà pas voir ses deux clubs participer à la même compétition européenne. Que ce soit en Ligue des champions, Ligue Europa, ou Ligue Europa Conférence, l'OGC Nice et le FC Lausanne ne peuvent faire compétition commune. 

Le club niçois conserve des ambitions européennes malgré ses dernières déconvenues en C4 contre Bâle et la situation risque de se trouver bloquée par une règle de l'UEFA si cette transaction se confirme. C'est cette instance qui organise notamment l'ensemble des compétitions européennes de club sur le vieux-continent et aux abords (en incorporant des équipes de Chypre, Israël ou la Turquie par exemple).

L'article 5, sur les règles de "l'Intégrité de la compétition/multipropriété des clubs", interdit à deux clubs ayant le même propriétaire de concourir dans une même compétition, ou dans deux compétitions européennes qui peuvent voir des clubs reversés de l'une à l'autre.

Les Glazer, de pilotes à passagers ?

Alors que la famille américaine - qui possède le club - en demande 7 milliards d'euros pour s'en séparer, deux offres ont été retenues. La date de dépôt de celles-ci est prévue ce vendredi 28 avril, et dans quelques jours, on pourrait connaitre le nom de l'heureux acquéreur.

Le quotidien anglais The Times écrivait que Jim Ratcliffe était aussi prêt à faire une place à Joel et Avram Glazer après un éventuel rachat.

Ratcliffe se "contenterait" de 50 % pour contrôler le club, laissant presque 20 % restant aux deux frères. Preuve de sa volonté de céder un maximum aux exigences des propriétaires actuels pour s'assurer d'une victoire finale. 

Le Britannique n'a toujours voulu racheter que les 69 % contrôlés par la famille floridienne, les autres 31 % restant aux mains de divers investisseurs institutionnels.

Son opposant du Golfe, le cheikh Jassim Bin Hamad Al Thani, ambitionne lui de reprendre 100 % du club.

Cette offre laisse très probablement entendre que le Britannique, supporter du club depuis l'enfance, n'entend pas aller beaucoup plus loin sur le montant proposé qui serait de l'ordre de 6 milliards d'euros. Un record pour un club de sport.

Quant à savoir si Joel et Avram Glazer, qui avaient averti dès le lancement du processus en novembre qu'il ne pouvait "y avoir aucune assurance (qu'il) débouchera sur une transaction", accepteraient d'occuper le siège du passager au club, c'est encore une autre histoire.

Passé vendredi, il est probable que le suspense se poursuive quelques jours, mais le temps presse et les supporters du club, qui ont définitivement pris en grippe les propriétaires depuis des années, accueilleraient mal ce qui serait malgré tout perçu comme un revirement des Glazer.

-Avec AFP

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité