"Pas grand-chose" selon la municipalité, "une augmentation énorme" pour l'opposition : le point sur la hausse des impôts locaux à Nice

L'augmentation de la taxe foncière à Nice était débattue ce mercredi 27 mars en conseil municipal. Les échanges étaient tendus, la mesure ne sera votée qu'en avril, mais elle cristallise l'opposition qui dénonce de trop nombreuses augmentations pour les Niçois ces dernières années.

Les orientations budgétaires de la ville de Nice étaient débattues ce mercredi 27 mars. Au menu, différentes augmentations de la fiscalité locale : la hausse taxe foncière et de la taxe d'habitation. Si les mesures ne seront votées qu'en avril, les débats étaient houleux.

Quelles augmentations ? 

Dans le détail, la municipalité propose trois augmentations :

  • La taxe foncière sur les propriétés bâties passerait de 29,62 % à 35,30 % soit +5,68 points,
  • La taxe d'habitation sur les résidences secondaires de 21,10 % à 25,15% soit +4,05 points,
  • La taxe foncière sur les propriétés non bâties de 32,29 % à 38,48 % soit +6,19 %.

Par exemple, pour un 54 m², cela représente 114 euros de plus à l'année. Pour une maison "moyenne" de 96 m², l'augmentation sera de 16 euros par mois soit 192 euros à l'année.

Pour les locaux commerciaux, type "boutiques et magasins sur rue" la hausse représenterait 16,10 € par mois soit 193,20 par an pour 83 m². Pour des bureaux, 21,40 € par mois soit 256 euros par an pour 147 m². 

"Ce n'est pas grand-chose"

Invité de la matinale de France Bleu et France 3 Côte d'Azur et interrogé sur le coût que ces hausses représentent, l'adjoint au maire délégué aux finances, Marc Concas, déclare "Non, c'est rien du tout si vous divisez ça par 12, cela correspond à 12 euros par mois en contrepartie d'un haut niveau de service public, vous n'avez pas d'équivalent ! Ce n'est pas grand-chose !" 

La municipalité l'assume, même si elle ne parle pas d'augmentation, mais de "modeste contribution" ou "d'ajustement".

Comme arguments, la municipalité évoque : une pause fiscale de 14 ans, le maintien du haut niveau de service public ainsi qu'une partie seulement des Niçois impactés.

Nous ne parlons que de 46 % des Niçois qui le paient, et ceux qui vont le payer vont subir une hausse de 3 à 12 euros par mois.

Marc Concas, adjoint au maire de Nice délégué aux finances.

Mais pour l'opposition, ces arguments sont mensongers : "le coût de votre politique d'urbanisme imprévisible, destruction du TNN, manque à gagner d'Acropolis, Marche d'intérêt national et Palais des Expositions à l'arrêt, c'est cela Monsieur le Maire qui plombent nos finances" déclare Valérie Delpech, élue d'opposition Reconquête.

"En 2008, le taux d'imposition de la part communale sur la taxe foncière était de 20,14 % aujourd'hui, elle va passer au-delà de 35% donc ça veut dire qu'on va augmenter de 75 %, c'est une augmentation énorme !" avance de son côté, Juliette Chesnel-Le Roux, présidente du groupe écologiste à la ville de Nice.

Bernard Chaix fait aussi les comptes :"Augmentation de 11% de la redevance sur eau, de la taxe d'ordures ménagères, la hausse ticket de tram..."

Pour ce dernier, conseiller municipal et métropolitain de Nice LR, le débat était tronqué : "nous avons été confrontés à une pluie de chiffre pour nous embrouiller, malheureusement tout ça n'était pas clair, nos questions gênent, les questions de l'opposition, c'est 12 min, les réponses du maire, c'est 2h30 !" 

Adoptées en délibération, les différentes mesures seront votées en avril prochain.