Peillon : un club de tir menacé de fermeture

A Peillon, au dessus de Nice, un stand de tir entre en résistance. La Métropole propriétaire du terrain semble vouloir le vendre. Les tireurs n'ont pas l'intention de baisser les bras et ils ont lancé une pétition en ligne.

Ce club de tir est situé sur un terrain de la Lare entre Peillon et la Trinité qui appartient à la ville de Nice.
Ce club de tir est situé sur un terrain de la Lare entre Peillon et la Trinité qui appartient à la ville de Nice. © YANNICK FOURNIGAULT / FTV
Une pétition est en ligne. Son intitulé ?
Non à la fermeture du stand de tir de la Lare. Les adhérents de ce club de tir situé sur un plateau situé à la fois sur les communes de Peillon et la Trinité sont à l'initiative de cette pétition qui sera adressée au maire de Nice Christian Estrosi. Elle a déjà été signée par 5 636 personnes.
 
Les signataires de cette pétition estiment que la fermeture de ce club de tir, "lieu de rencontre et de convivialité" serait un "désastre sportif, légal et humain".
Ils rappellent qu'on y pratique du ball trap, de l'arme de poing de 25 à 50 mètres et enfin du tir à longue distance de 100 à 300 mètres, ce qui est rare dans un département.
Les tireurs doivent s'entraîner pour détenir une arme de catégorie B.
Les tireurs doivent s'entraîner pour détenir une arme de catégorie B. © YANNICK FOURNIGAULT / FTV

Ils mettent en avant l'obligation faite aux tireurs sportifs de s'entrainer dans un club de tir pour  bénéficier d'une licence. Idem pour tous ceux qui ont une arme de catégorie B ou qui veulent passer leur permis de chasse. Dernier argument : les clubs de la région sont déjà tous plein,  incapables selon les signataires d'absorber ce flux de 850 tireurs potentiellement laissés pour compte…

Une concession non renouvelée

Le site de la Lare, d'une superficie de 90 hectares, appartient à la Métropole. Et elle a décidé de ne pas renouveler une concession qui arrive à échéance le 30 novembre prochain. Elle avait été attribuée à la SARL Sport et Loisirs des Vallées. C'est donc une aventure de 22 ans  qui pourrait se terminer. La Méropole semble décidée à vendre le terrain, mais pas pour construire la prison du plateau de Tercier car le projet serait abandonné. Les tractations continuent avec une date butoir, le 30 novembre, plus que deux mois.Le club de tir est touché... mais pas encore coulé.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique société politique loisirs sorties et loisirs