Une pluie d'étoiles filantes à ne pas manquer cette dernière semaine de juillet

A partir de ce lundi 27 juillet, et surtout le mercredi 29, les amateurs d'astronomie devraient être comblés. Plusieurs essaims d'étoiles filantes sont de sortie, alors que la comète Neowise est, elle, encore visible pour quelques jours.

L'essaim Delta Aquarides du Sud, étoiles filantes que l'on peut observer tous les ans fin juillet. Observées, ici, depuis les îles Canaries en Espagne, elles devraient être très visibles le mercredi 29 juillet.
L'essaim Delta Aquarides du Sud, étoiles filantes que l'on peut observer tous les ans fin juillet. Observées, ici, depuis les îles Canaries en Espagne, elles devraient être très visibles le mercredi 29 juillet. © Carlos de Saa EPA/Max PPP
C'est le moment ou jamais de se coucher dans l'herbe, ou sur le sable, et de fixer l'obscurité du ciel.

En cette fin du mois de juillet, l'essaim d'étoiles filantes nommées les Delta Aquarides du Sud traverse la voûte céleste. Cette pluie d'étoiles a en fait commencé il y a une quinzaine de jours et durera jusqu'à la mi-août, mais c'est à partir de ce lundi soir que le spectacle sera le plus beau, avec un point d'orgue mardi et mercredi.

"Si les conditions sont idéales, on devrait pouvoir observer jusqu'à une vingtaine d'étoiles filantes par heure", selon Pierre Cruzalèbes, astrophysicien à l'Observatoire de la Côte d'Azur. Pour mettre toutes les chances de votre côté, voici comment procéder : dans une zône à l'écart de la pollution lumineuse, choisissez un coin du ciel à mi-hauteur entre le zénith et l'horizon, soit à environ 45°, et fixez-le pendant 15 à 30 minutes. "En fin de nuit, plutôt en direction du Nord, Est ou Ouest. Car c'est du Sud, à proximité de la constellation du Verseau, que les Delta Aquarides proviennent. Si vous les voyez arriver de face, vous ne verrez qu'un simple flash, sans aucune trainée lumineuse".

Si vous voulez la garantie de n'en manquer aucune, enregistrez un time-lapse de la nuit, comme l'a réalisé Denis Huber (membre de la GAPRA, Groupement Astronomique Populaire de la Région d'Antibes) et publié par  Futura Sciences il y a quelques mois, entre Antibes et Nice, pour capter le lever d'Orion :
 

Des passionnés vous proposent même de suivre la pluis d'étoiles des Delta Aquarides en direct sur votre ordinateur grâce à un système de webcam :



Les Delta Aquarides... et les autres


Les Delta Aquarides du Sud ne sont pas les seuls essaims météoritiques que l'on peut observer en ce moment. D'autres "petits cailloux" semés par des comètes traversent la voûte céleste. Les Draconides de juillet, les Alpha Capricornides, et aussi et surtout les Perséides, qui sont de sortie depuis le 17 juillet. C'est à elles que l'on doit les plus riches pluies d'étoiles filantes traditionnelles du mois d'août, au moment de la Nuit des Etoiles. Vers le 12 août, on devrait voir au moins quatre fois plus d'étoiles filantes.

"Il y en a tellement qu'il est difficile de dire de quel essaim proviennent celles que l'on voit passer", explique Pierre Cruzalèbes. "Pour le faire, il faudrait pouvoir récupérer les météorites au sol pour les analyser".

Le spectacle n'est est pas moins beau... Même s'il n'égalera jamais l'expérience des astronautes qui ont vu les étoiles filantes les frôler dans la Station Spatiale Internationale, comme ils en témoignent dans cette vidéo postée par National Geographic :
  

La comète Neowise toujours visible

Va pour les étoiles filantes. "Mais le plus intéressant à observer en ce moment, c'est toujours Neowise" estime l'astrophysicien. La comète, découverte il y a seulement quatre mois, commence à s'éloigner de la Terre mais reste observable à l'oeil nu pendant quelques jours encore. Elle est si visible que l'on peut la photographier.
 
La comète Neowise, photographiée le 13 juillet 2020 au-dessus du quartier général de l'ESO, l'Observatoire européen austral, à Garching en Allemagne.
La comète Neowise, photographiée le 13 juillet 2020 au-dessus du quartier général de l'ESO, l'Observatoire européen austral, à Garching en Allemagne. © S. Ströbele/ESO


"Pour voir Neowise, il faut d'abord fuir les lumières de la ville, trouver un ciel bien noir, et sans brume. Oubliez donc le bord de mer, pour choisir la montagne ou la campagne". En cette fin juillet, Neowise se situe dans la Grande Ourse, ce qui facilite sa localisation. Après la tombée de la nuit, on la verra sous la queue de la Grande Ourse (casserole), au Nord-Ouest, jusqu'à 2h du matin au maximum. Puis Neowise passera sous l'horizon pour ne réapparaître que le lendemain soir.

Alors... le meilleur moment pour observer le ciel ? Mardi soir... installez-vous confortablement dans votre transat pour observer la comète... Si les étoiles filantes se font trop rares à votre goût, poursuivez votre nuit d'observation. Quand la Lune disparaîtra, vers 4 heures du matin, le ciel sera plus sombre et votre oeil les captera plus facilement.

Alors préparez les thermos de café, et envoyez-nous vos photos !
 
La nuit des étoiles 2020
La Nuit des Etoiles, ou plutôt les Nuits des Etoiles auront lieu les 7, 8 et 9 août 2020.
Sur son site internet, l'Association Française d'Astronomie répertorie sur une carte les événements prévus, et notamment les soirées d'observation en pleine période de passage des Perséides.
Parmi ces événements, la soirée organisée par l'association PSTJ, Provence Sciences Techniques Jeunesse, dont l'astrophysicien niçois Pierre Cruzalèbes est le président. Elle aura lieu le 7 août au CIV à Valbonne. Au programme, un spectacle-conférence sur la vie d'Albert Einstein suivi de l'observation du ciel. L'entrée est gratuite mais il faut réserver sa place par mail : pstj@pstj.fr.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
astronomie culture sciences espace paca
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter