PORTRAIT. Oui, on peut faire de l'astronomie depuis un balcon ! Ce Niçois le prouve

Publié le Mis à jour le

Le parcours d’Anthony Salsi est fascinant. Tout droit sorti d’un film de science-fiction. Il se passionne depuis toujours pour l’univers et ses mystères. Et c’est pourquoi, il a décidé d’en faire sa vocation en décrochant son doctorat en astrophysique à l’Observatoire de la Côte d’Azur. Une passion partagée sur les réseaux sociaux.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

L’histoire incroyable d’Anthony Salsi a commencé sur un petit balcon d’un studio dans le quartier Riquier de Nice.

Il décide de profiter des divers confinements pour se lancer dans l’astrophotographie, une discipline peu connue qui nécessite de suivre quelques règles de bases, comme posséder le bon matériel, éviter la pollution lumineuse ou encore et surtout savoir observer le ciel.  

Récemment diplômé d’un doctorat en astrophysique à l’Observatoire de la Côte d’Azur.

Celui qu’on appelle sur TikTok « l’Astronophilos » ou « l’astrophotographe du balcon" partage depuis un an et demi ses photos via les réseaux sociaux et explique aux internautes via Facebook ou Instagram comment il réalise ses photos.

"Je suis aujourd'hui suivi par plus de 132.000 personnes sur Instagram et 82.000 sur TikTok", précise le Niçois.

Très rapidement, il s'est fait connaitre par la presse quotidienne régionale et même par des journaux spécialisés comme Futura sciences.

Mon vœu le plus cher est d’initier le plus grand nombre de personnes à ma passion qu’est l’astronomie

Anthony Salsi

Car ce qui lui importe réellement c’est de partager sa passion avec des personnes à priori non initiées.

J'utilise un style de photographie particulier qui mêle art et astrophotographie. J'essaye également d'apporter des connaissances scientifiques à travers mes images dès que je le peux, sur la Lune, les planètes, les galaxies et nébuleuses, etc. tout ce qui peut être intéressant en lien avec mes images.

Anthony, l’Astronophilos

Effectivement, les photos surréalistes qu’il publie, il les fait depuis un balcon au milieu d’une ville polluée par la lumière.

Quant au coût, il se contente de travailler avec du matériel amateur comme un télescope à 160 euros. "J'ai ainsi des messages de parents qui me disent avoir équipé leur enfant avec du petit matériel, j'ai vu qu'il pouvait s'émerveiller sans aller à la montagne", se réjouit Anthony.

Selon lui, "L'astronomie est une science magnifique qui nous touche tous de près ou de loin, il suffit simplement de lever les yeux au ciel, et vous voilà astronome !"

Le but d'Anthony Salsi est de démontrer qu'à moindre cout, tout le monde peut se projeter dans l'univers et tenter d'en capturer une parcelle, le temps d'une photo.