Réforme des retraites : la CGT des Alpes-Maritimes coupe le courant à la Préfecture et à l'Aéroport de Cannes

Pendant toute la semaine la CGT a prévu de faire des actions coups de poing. Lundi, le syndicat a coupé l'électricité à l'aéroport de Cannes-Mandelieu, ce mardi les services du Cadam à Nice connaissent des coupures de courant.

C'est une menace agitée par les syndicats : passer à des actions coup de poing pour faire réagir le gouvernement.

Lundi 13 mars, sur le site de GRDF à Cannes Bocca, une centaine d’agents en grève a décidé de la reconduction du mouvement et d'actions plus spectaculaires. 

Des actions baptisées avec pointe d'ironie "mise en sobriété énergétique", une façon de reprendre la terminologie du gouvernement. 

Ce mardi 14 mars, c'est la préfecture des Alpes-Maritimes qui a été ciblée. Environ 80 agents et des camionnettes bleues de l'opérateur électrique se sont invités à la cité administrative pour faire entendre leur opposition à la réforme des retraites. 

Une action rapidement relayée sur le compte Twitter de la CGT. 

Résultat, tout le quartier est impacté par cette coupure de courant, y compris des écoles et des entreprises. 

Le syndicat prévoit également de perturber le MIPIM, salon de l'immobilier qui commence aujourd'hui à Cannes. Dans un tract la CGT déclare : "nous les invitons à stopper toutes spéculations, car le département est en train de devenir une réserve naturelle pour riches migrants."

Et ce, alors que le préfet a pris un arrêté d'interdiction de manifester pendant toute la durée du MIPIM. 

Plans de vol perturbés 

Hier, lundi 13 mars, c'est l'aéroport de Cannes-Mandelieu qui a subi des coupures de courant. Un aéroport qui accueille de nombreux jets privés. 

A la mi journée, privé d'électricité, l'aérodrome de Cannes Mandelieu était à l'arrêt. Un arrêt de quelques minutes seulement mais qui a perturbé les plans de vol : les avions ont dû être détournés à Nice. 

Par cette action, le syndicat veut dénoncer la pénibilité du travail dans le secteur du bâtiment.

Avec un porte-voix, un responsable syndical affirme : "On veut pousser les travailleurs à travailler pour des salaires de misère jusqu'à 64 ans. Et pendant ce temps-là, les  professionnels de l'immobilier les riches de ce monde vont se réjouir à Cannes avec des petits fours et du Champagne."

Une montée de la colère dans le secteur de l'énergie après plusieurs jours de manifestation et de grève qui justifierait ces actions. 

Les travailleurs s'approprient leur mode d'action et donc avec la CGT et ses organisations nous décidons d'action qui nous paraissent légitimes car elles sont décidées dans les assemblées générales et donc nous continuerons ces modes d'action au-delà des manifestations et des grèves.

Gérard Rey, secrétaire général de l'UD-CGT 06.

Des opérations risquées car les auteurs encourent des poursuites judiciaires et des sanctions internes.

En revanche, pas de crainte pour la qualité du réseau selon les syndicalistes. Un agent l'affirme : "tout ce qui est sécurité c'est contrôlé, il n'y a pas de risque d'accident car on sait vraiment ce qu'on fait."

La CGT Energie 06 et les CGT-UFICT 06 revendiquent également la mise en sobriété énergétique de la semaine dernière à l'entreprise de parfumerie "Mane" située à côté de Grasse, à Bar-sur-Loup. 

Offrir le gaz dans des quartiers populaires

Autre action le 10 mars, à Drap, sur le site RTE, les électriciens et gaziers ont coupé la ligne Très Haute Tension interconnectée avec l'Italie, une ligne de 220.000 volts. 

Par ailleurs, la CGT Energie 06 a décidé d'offrir le gaz à 8 immeubles résidentiels situés dans des quartiers populaires des Alpes-Maritimes. 

D'autres actions sont prévues toute la semaine par la CGT des Alpes-Maritimes.

Invité du 12/13, selon Patrick Santo, secrétaire général CGT énergie 06 où le conflit est très ancré affirme que la sécurité est assurée : "Vous pouvez compter sur le professionnalisme des électriciens et des gaziers (...) Nous répondons à cette inégalité, nous reprenons l'outil et nous le redonnons à la nation."

Pour mercredi 15 mars, nouvel appel à la grève et à la manifestation, le syndicaliste lance : "j'invite toutes les  azuréennes et tous les azuréens pour qu'on soit plus de 30.000 à Nice."

Une semaine importante sur le plan politique et législatif car le projet de loi, actuellement en commission mixte paritaire (7 députés et 7 sénateurs à huis-clos) doit repasser au Sénat puis à l'Assemblée nationale. 

Une semaine sous haute tension, à tous les niveaux. 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité