• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Sécurité routière : des étudiantes de Nice donnent la parole aux piétons c'est #balancetonautomobiliste

Avec Parolesdepiétons, ces trois étudiantes en école de commerce à Nice espèrent changer les mentalités et faire bouger les pouvoirs publics pour ceux qui circulent par le moyen de transport le plus utilisé dans le monde: à pied. / © Carla Miniconi
Avec Parolesdepiétons, ces trois étudiantes en école de commerce à Nice espèrent changer les mentalités et faire bouger les pouvoirs publics pour ceux qui circulent par le moyen de transport le plus utilisé dans le monde: à pied. / © Carla Miniconi

Telles trois fées penchées sur un berceau électronique, Florina, Rachel et Carla se sont mobilisées sur les réseaux sociaux pour protéger les piétons. Elles ont créé un compte Instagram, Paroles de piéton.Le but est de recueillir des témoignages et de faire bouger les choses #balancetonautomobiliste

Par Laurence Collet

En 2018, il y a eu 55 morts sur les routes des Alpes-Maritimes. Parmi eux, ceux qui paient le plus lourd tribu sont les deux roues - 32 décès - mais aussi les piétons - 13 décès.
Des chiffres qui font peur. Et qui ont fait réagir Florina Laperche, 23 ans, Rachel Conanec, 22 ans et Carla Miniconi, 24 ans.

Tous les matins elles vont à pied à l'école, l'IAE, qui est en centre-ville de Nice. Elles sont en Master 2 Marketing digital.
"Chaque matin, il y a des gens qui klaxonnent, qui nous évitent de justesse, c'est très dangereux", explique Carla. "On a même une amie qui a été renversée par une voiture en décembre dernier".
Alors, les trois étudiantes ont voulu faire quelque chose et mettre en lumière le piéton dans toute sa vulnérabilité, tant le monde de la route lui est hostile.
Elles ont créé un compte Instagram.
"L'objectif, ce serait d'interpeler les pouvoirs publics sur le fait que c'est trop dangereux d'être piéton en France", explique Carla.
© Carla Miniconi
© Carla Miniconi

En septembre dernier, une conférence donnée par un spécialiste de la sécurité routière, devant les élèves de l'IAE, les avaient déjà mises sur cette voie.
"Les chiffres nationaux sur la mortalité des piétons nous ont marqués", commente Carla.

Un hashtag #balancetonautomobiliste a aussi vu le jour. 
"On ne veut pas être un défouloir, mais on prend tous les témoignages" conclut Carla.

Sur le même sujet

Marseille : préparation à la course de pirogues polynésiennes

Les + Lus