Suppression de 7580 postes chez Air France : Christian Estrosi demande à la compagnie de réexaminer sa décision

Air France a officialisé la mauvaise nouvelle ce vendredi 3 juillet : d’abord, 6 560 suppressions pour Air France, 16% des effectifs, et 1 020 pour Hop, la petite filiale, spécialisée dans les dessertes régionales. 
 

La direction du groupe Air France a annoncé ce vendredi soir la suppression de 7.580 postes au sein de la compagnie et de sa filiale régionale Hop! d'ici fin 2022.
La direction du groupe Air France a annoncé ce vendredi soir la suppression de 7.580 postes au sein de la compagnie et de sa filiale régionale Hop! d'ici fin 2022. © JOEL SAGET / AFP
C’est un énorme coup dur que vivent les salariés d’Air France, "d'une violence inouïe", confie une employée. Plusieurs salariés s’étaient donnés rendez-vous sur le site d’Air France, à Morlaix, dans le Finistère, alors que deux réunions avaient lieu entre les représentants du personnel et de la direction. 

"Pendant trois mois, l'activité et le chiffre d'affaires d'Air France ont chuté de 95%, et au plus fort de la crise, la compagnie a perdu 15 millions d'euros par jour", souligne le groupe, qui anticipe une reprise "très lente".

D’ici 2022, l’entreprise va supprimer au total 7 580 postes. Ces suppressions de postes représentent 16% des effectifs d'Air France
et 40% de ceux de Hop!.

Air France assure que cette restructuration sera compensée par des départs volontaires et des départs à la retraite non remplacés (plus de 3.500 chez Air France, 200 chez Hop!) . Les syndicats redoutent que cela ne soit pas suffisant et que des licenciements secs se multiplient.

"Il s'agit de sauvegarder l'emploi de milliers de salariés (...) C'est dans cet état d'esprit que nous engagerons les négociations avec la ferme intention d'éviter tout licenciement sec" a réagi auprès de l'AFP Farid Slimani, de l'Unsa Aérien. "On a deux effets, l'effet de la crise (...) et puis à l'évidence à Air France comme ailleurs une restructuration plus large, de plus long terme, et on a un effet d'aubaine, l'entreprise cherche aussi à faire des économies, des restructurations face à ce qu'elle appelle des défauts structurels" a jugé le numéro un de FO, Yves Veyrier, sur France Info.


Christian Estrosi demande à Air France de réexaminer sa décision


Par voie de communiqué, le maire de Nice, Christian Estrosi affirme son opposition au plan social présenté au Comité Social et Économique d'Air France qui pourrait, selon lui, conduire à la fermeture des agences de centre-ville (dont celle de Nice) et une fragilisation des escales. Le maire de Nice estime que les entreprises nationales comme Air France "doivent savoir prendre toutes leurs responsabilités pour lutter contre la crise et préserver l'emploi."

Il n'est pas acceptable qu’une telle décision fragilise l’activité touristique de la ville de Nice et de la métropole Nice Côte d’Azur, une composante forte de notre activité économique. Je demande à Air France de s’expliquer : comment notre territoire azuréen peut conduire sa relance touristique avec une société leader du transport aérien qui ferme ses agences et réduit le personnel déployé dans ses escales? 

Christian Estrosi, maire de Nice

Patrick Allemand écoeuré

En Juin, Patrick Allemand avait jugé "écoeurant" ce qui n'était encore qu'une menace de suppression de poste.
 


Voir le reportage de France Info : Air France, des milliers d'emplois supprimés


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie aéroport nice côte d'azur transports aériens emploi
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter