Témoignage. "Il était figé comme une momie" : la grand-mère d'Eitan, ex-otage du Hamas, raconte les premiers jours de liberté de l'enfant

Publié le Mis à jour le Écrit par Anne Le Hars

Eitan Yahalomi a 12 ans. Ce jeune Franco-Israélien a été pris en otage lors des premières attaques du Hamas. Jocelyne, sa grand-mère maternelle, est de retour chez elle à Nice. Un peu plus d'un mois après la libération du jeune garçon, elle témoigne.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

En ce début d'année, Jocelyn est de retour chez elle à Nice. C'est une grand-mère soulagée, mais toujours inquiète. Elle garde en tête, ce jour de novembre où son petit-fils Eitan a été libéré après 51 jours de captivité dans la bande de Gaza.

Aujourd’hui, le jeune franco-israélien va plutôt bien malgré le traumatisme. Cette grand-mère de 76 ans vivait une attente insupportable depuis le 7 octobre, jour où son petit-fils Eitan a été enlevé dans le kibboutz de Nir Oz, à proximité de la bande de Gaza.

"Au début, les premiers jours, Eitan était figé comme une momie. Il ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Quand il a réalisé, qu'on lui apportait des cadeaux... Dès qu'il m'a vu, il est venu vers moi, il m'a embrassé... Cela m'a bouleversé."

Jocelyne, la grand-mère d’Eitan

à France 3 Côte d'Azur


Mais l’inquiétude subsiste, car Jocelyne explique au micro de Véronique Varin et Eric Jacquet que sa fille et ses petites-filles, qui ont, elles aussi, failli être kidnappées, restent choquées. Et puis, il y a le père du jeune garçon toujours retenu alors qu’il est blessé.

"C'est comme pour Eitan, on ne savait pas s'il était vivant ou mort. Même le consulat ne savait rien, personne ne sait rien. Aucune nouvelle", raconte la Niçoise avec émotion.

Mais Jocelyne a plus que de l’espoir. Comme ce fût le cas pour Eitan, elle a l’intuition que son gendre est vivant. Son souhait est donc de rejoindre rapidement sa famille.

"Je veux y aller, repartir, car je pense qu'il sera libéré et même s'il ne l'est pas... Que cela soit en bien ou en mal, je veux être là pour consoler, pour être près d'eux et être utile."

Jocelyne

à France 3 Côte d'Azur


Il n’y a plus d’avions directs pour Israël, ce qui complique ses allers-retours depuis Nice. 

132 otages toujours retenus

En novembre, elle confiait à France 3 Côte d'Azur que pour surmonter cette terrible épreuve, pour la première fois de sa vie, elle prenait des médicaments pour calmer son angoisse et dormir :

"J'essaie de me déconnecter de l'obsession de mon petit-fils sous terre, dans des tunnels, sans lumière, sans pouvoir bouger, s'amuser, sans savoir s'il a encore des parents vivants. J'essaie de m'en sortir avec des médicaments qu'on ne lui donne peut-être pas à lui."

Jocelyne, en novembe 2023

à France 3 Côte d'Azur

L'organisation islamiste palestinienne Jihad islamique a diffusé, lundi 8 janvier, une vidéo d'un otage israélien en vie, l'un des 132 toujours retenus dans la bande de Gaza depuis l'attaque le 7 octobre sur le sol israélien.

Quelque 250 personnes ont été prises en otage par les deux mouvements islamistes palestiniens, parmi lesquelles 132 sont toujours retenues à Gaza, selon les autorités israéliennes. D'après Israël, plusieurs d'entre elles sont mortes et leurs corps se trouvent toujours dans le territoire.

Qu’avez-vous pensé de ce témoignage ?
Cela pourrait vous intéresser :